lundi 30 novembre 2015

ELLE ÉTAIT SI JOLIE





                                    Elle était si jolie et ses yeux dominants
                                    Offraient vainqueurs l'ineffable douceur
                                    Je voyais pur que le bonheur naissant
                                    En son âme s'épanouissait telle une fleur.

                                    Sur ma joue elle usait infini son regard
                                    Ne laissant nul mots briser nos silences
                                    Nuls espoirs s'échouer tristes et hagards
                                    Seul en son cœur un feu de concupiscence.

                                    Elle était rose sur son pétale de velours
                                    Au long de sa tige j'étais son épine
                                    Notre printemps doux était fleuri d'amour
                                    Notre jardin embaumé de tendresse divine.

                                    Mes sentiments réchauffaient ses désirs
                                    Sous son sein lourd palpitant d'émoi
                                    A ma bouche sa lèvre régalait mon plaisir
                                    Son haleine je buvais chaude et douce à la fois.

                                    Elle était si jolie avec l'azur dans les yeux
                                    A l'heure où son sourire se pendait à mon cou
                                    Si forte notre extase sous nos fronts heureux
                                    Elle était si jolie sa tête posée sur mes genoux.


                                                                       
                                                                                 M. PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php
                                 

mardi 24 novembre 2015

L'HIVER AU MARKSTEIN





                                       Une brume légère opacifie l'horizon
                                       Dans le silence par ces lieux désolés
                                       Mon pieds lourd au penchant du vallon
                                       S'essouffle sur les sentes enneigées.

                                       Plus haut encore dans l'épais frimas
                                       Par ces heures blanches matinales
                                       Je respire dans chacun de mes pas
                                       La douceur de ce froid hivernal.

                                       L'abondance ouaté a couronné les bois
                                       Et la solitude a creusé les chemins
                                       Quelques bruits m'effrayent parfois
                                       Puis tout se tait dans cet hiver sans fin.

                                       Le clapotis incessant d'un filet ruisselant
                                       Qui naturellement naissant sous la terre
                                       M'offre l'infini refrain de son jet fuyant
                                       Sinueux entre la mousse et les pierres.

                                       Immense beauté de ces hauts alsaciens
                                       Aussi, je poursuis plus loin mon aventure
                                       Vers la froide altitude de ce massif vosgien
                                       Entre l'ombre, la lumière et l'air pur.

                                                                               M. PIERRON


http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

mercredi 18 novembre 2015

LES FENÊTRES



                                     
                                         Il y a des fenêtres qui portent des rideaux
                                         Quand vu de l’extérieur aux yeux indiscrets
                                         Elles cachent intime derrière leurs carreaux
                                         Des intérieurs et tous leurs petits secrets.

                                         Parées en longues étoffes ou fins voilages
                                         Jamais ne laissent rentrer l'indiscrétion
                                         Seule la lumière pénètre le vitrage
                                         Pour éclabousser l'ombre dans la maison.

                                         Il y a des fenêtres qui sont toutes dévêtues
                                         Qui ouvrent leur intérieur sur l’extérieur
                                         Déparées, sans plus aucun tissu
                                         Exaltent impunément l’œil inquisiteur.

                                         Parfois ouvertes, elles laissent s’évaporer
                                         Les bruits familiers et les joies vers l'azur
                                         Les mots s'envolent et se font attraper
                                         Par l'ouïe passagère qui les capture.

                                         Il y a des fenêtres derrière leurs volets
                                         Que l'on ne peut lorgner ni apercevoir
                                         Avec leurs tulles dans le noir complet
                                         Ne laissent à la vue pas une ombre choir.

                                         Dans la fin du jour envahie de lumière
                                         De fins voiles dissimulent l'intimité
                                         Derrière sa fenêtre, l'impudeur entière
                                         Offre au passant son intérieur et sa beauté.


                                                                             
                                                                                 M. PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

                                              Copyright © M. Pierron
                      certificat: 000568365   

dimanche 15 novembre 2015

13 NOVEMBRE 2015




                                 C'est pourtant un soir au bord de la nuit
                                 Que sur l'infâme destin leurs rêves se sont tus
                                 Et l'ombre sous leurs paupières a tressailli
                                 Supprimant la lumière qu'ils ne reverront plus.

                                 Ils étaient hommes femmes libres comme toi
                                 Avec pour seule et unique arme l'innocence
                                 Seule défense l'amour seul combat la joie
                                 Avant qu'ils ne sombrent dans l'infini silence.

                                 Leur jeune âge brillait dans leur cœur
                                 Paisible la vie éblouissait leurs yeux
                                 Et leurs âmes penchées sur le bonheur
                                 Jetait sur le temps leurs jours heureux.

                                 C'est pourtant un soir que tout s'est arrêté
                                 Que la haine a violé leur paix par rafales
                                 Et les tirs sans pitié exécutant leur liberté
                                 Ont laissé inerte leur vie criblée de balles.

                                 Ils étaient êtres chers frères parents ou sœurs
                                 Quelle angoisse sous ce ciel quand la vie s'en va
                                 Grande est la peine immense la douleur
                                 Lorsque la réalité n'est plus au bruit d'un pas.


                                                                        M.PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php