lundi 26 octobre 2015

JE NE VOUS DIRAI PAS TOUT





                                           Je vous avouerai que sensuelle est sa voix 
                                           Que les mots qu'elle pose sur ses silences
                                           Sont des éclats d'échos, des morceaux de joie
                                           Une émotion dans un flot de confidences.

                                           Que sa bouche et ma lèvre qui l'effleure 
                                           Reste un instant purifié de plaisir
                                           Que ses sentiments ont capturé mon cœur
                                           Que fidèle sont nos mains sans se désunir.

                                           Mais je ne vous dirai pas ma joie intense
                                           Tous ses désirs blottis entre mes bras
                                           Je ne vous dirai pas tout ce que je pense
                                           De nos regards qui se parlent tout bas.

                                           Je vous livrerai en secret mes mystères
                                           Les traits chéris qui séduisent son visage
                                           Le feu de son désir et ses douces chimères
                                           Je vous livrerai le miroir de son image.

                                           Je vous raconterai immense est sa tendresse
                                           Quand fort mon amour s'appuie contre le sien
                                           Que son sourire se reçoit comme une caresse
                                           Et que son cœur s'enlace autour du mien.

                                           Mais je ne vous dirai pas mon essentiel
                                           Tous ses désirs blottis entre mes bras
                                           Je ne vous dirai pas qu'elle est mon ciel
                                           Que le bonheur glisse sous nos pas.


                                                                                M. PIERRON



http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php


vendredi 23 octobre 2015

LUMIERE


                                Puisses baigner le monde de son effervescence
                                Fissurant l'ombre d'une immense illumination
                                Mon œil que pénètre son vif éclat de silence
                                M'offre infinie la douceur de son effusion.

                                L'abondance glisse dans le berceau de l'humanité
                               Comme toute sa splendeur rayonne sur la terre
                               Et sur ma lèvre mi-close va l'indicible volupté
                               Déposer les légers reflets de sa tendre lumière.

                               La nymphe lumineuse jusqu'au bord des cieux
                               Couchée sur l'horizon se lève douce sur l'aurore
                               Et la clarté féconde de son frisson radieux
                               Envahit l'empyrée, l'obscurité s'évapore.

                               Dans cet espace incandescent sous l'azur
                               La terre éclaboussée de lumière s'embellie
                               Palpite en mon âme les chauds murmures
                               Quand l'univers verse du ciel, ses rayons de vie.   


                     

                                                                         M.PIERRON   




mardi 13 octobre 2015

VOS MAINS



                                      Vos mains sont tendres comme l'amour

                                      Vos pâles paumes galbées de tendresse

                                      Idéales, ruisselle le charme sur leur contour

                                      Vos mains sont remplies de caresses.


                                      Vos mains douces exquises sont la joie

                                      L'âme de vos pensées, le jeu de vos désirs

                                      Voluptueuses fines jusqu'au bout des doigts

                                      Vos mains qui me sentent que je respire.


                                      Sensuelles que vos mains sont gracieuses

                                      Quand chacun de vos doigts si fragiles

                                      Gestes légers, quelques fois baladeuses 

                                      Vos mains sur ma peau sont habiles.


                                      Mystérieuses, vos mains sont suprêmes

                                      Elles sont l'instant sublime qui m'effleure

                                      Vos mains que j'écris comme un poème

                                      Et que je serre contre mon cœur.


                                      Ainsi chaudes par les miennes enlacées

                                      Je baise vos mains affectueuses et tendres

                                      Sous mes lèvres, vos mains embrassées

                                      Je les prends pour ne plus vous les rendre.


                                                                 M. PIERRON 


       Copyright © M. Pierron


                         certificat: 000568365                 

jeudi 8 octobre 2015

LE PETIT BANC DE BOIS





                            Ô combien d'âmes en délicates joies 

                            Ont versé sur leurs plus tendres sentiments

                            Leur amour, assis sur le petit banc de bois

                            Les cœurs chauds enlacés infiniment.


                            Ils sont venus asseoir leurs douces fesses

                            Comme ces amants discrets et solitaires

                            Savourant leurs mots et leurs caresses

                            Les lèvres jointent à ne plus se défaire.


                            Par les soirs sous les vapeurs estivales 

                            Ils ont posé sur le petit banc leurs yeux 

                            Ne laissant nulle place ni intervalle

                            A tout inconnu ou d'autres amoureux.


                            Ils ont bu leurs souffles sur des baisers doux

                            Unissant leurs mains et croisant leurs doigts

                            Le bonheur si grand coulant sur leurs joues

                            Leurs désirs blottis sur le petit banc de bois.


                            Ils se sont aimés jusqu'à n'en plus finir

                            Respirant superbe leur voluptueuse beauté

                            L'émoi triomphant sur leurs doux soupirs

                            Dans l'étreinte de leurs bouches régalées.


                            Ô combien d'âmes en leurs délicates joies

                            Le bonheur sur leurs visages de miel

                            Ont laissé sur le petit banc de bois 

                            L'ultime odeur de leur amour sensuel.


                                                                  M. PIERRON

                   Copyright © M. Pierron


                         certificat: 000568365