dimanche 12 avril 2015

FANTASMES EN DENTELLES



                               Un noble satin peaufiné de dentelles

                               Des fils d'amour sur des brins de soie

                               Broderie de fantasmes en plis rebelles

                               Fragile en finesse glisse sous le doigt.



                               Charme délicat d'un chic transparent

                               Petit tissu blanc de rouge ou de noire

                               Cousu de pudeur tressé de sentiments

                               Aux lacets audacieux abusés de pouvoir.



                               Jeux coquin exquis en tenue féminine

                               Attachantes bretelles soutenues de désirs

                               Quand les courbes excellent la soie fine

                               Le nu sous la guipure frétille de plaisir.



                               Festin de joliesse paré de fantaisies

                               Que la cuisse transcende de douceur

                               Osant libre sous ses fins dessous chéris

                               La concupiscence dévêtir ses vives ardeurs.



                                                                       M. PIERRON



samedi 4 avril 2015

L'AGE D'OR




                                 C’était hier il n'y a pas bien longtemps

                                 Le bonheur juvénil riait sur mon front

                                 Mais filait entre mes doigts le temps

                                 L'an soufflant mon âge sur les saisons.


                                 Mes rêves neufs dans ces aubes pures

                                 Berçaient ainsi ma radieuse jeunesse

                                 Et mes plus hautes joies sur ma figure

                                 Me frappaient de leurs tendres caresses.


                                 Les jours heureux festoyaient mes heures 

                                 Aux bruits courts de ces instants fuyants 

                                 Je respirais chaque petit bout de douceur

                                 Jetant mon âme dans mes plaisirs d'enfant.


                                 En ce temps-là, je me laissais grandir

                                 L'ingénuité usant mon éphèbe esprit

                                 N'imaginant que l'on pouvait vieillir 

                                 Je croquais avide les bienfaits de la vie.


                                 La pensée fidèle à mes folâtres chimères

                                 J'enlaçais infinies mes jeunes aurores

                                 Au matin ainsi son rayon de lumière

                                 Usait son écho doux sur mon âge d'or.



                                                                       M.PIERRON    


               Copyright © M. Pierron

                         certificat :  000568365