jeudi 26 juin 2014

BOULEVARD DES MOTS

   

                          Je me balade sur le boulevard des mots

                          Entre les vers rétrospectifs, les quatrains

                          En strophes sur des poésies Victor Hugo

                          Je bois la rime m’enivre de ses Alexandrins.




                          Meus l'esprit dans les œuvres littéraires 

                          A l'encre des lignes imbibées de romance

                          L'itinéraire poétique de Charles Baudelaire

                          Ennobli mes heures de ses riches stances.



                          Sur les pages d'un recueil que j'ai ouvert

                          Les syllabes me courtisent de tendresse

                          La foison romantique de jacques Prévert

                          M'inspire et ses sonnets, je les caresse.



                          Je tarde me faufile dans la philosophie

                          A glaner la douceur issue de son encrier 

                          Que tous ces songes font joliment écrits

                          Les consonances de Théophile Gautier.



                          Je m'égare sur les fables de La Fontaine

                          Trébuche sur les mémoires de Chateaubriand

                          Me prélasse dans les poèmes de Verlaine

                          Finis, ma balade sur les vers de Maupassant.



                          Ce monde feutré de mots, noyé de poésies

                          Colorie de silence chacun de mes émois

                          Quand l'ombre de la plume m'offre en récit

                          L'oeuvre de ces grands poètes d'autrefois.



                                                           M PIERRON


Copyright © M. Pierron

                            

   


samedi 21 juin 2014

SENSUELLE - DEMOISELLE




                                   Ô bleu de son regard un éclat de douceur

                                   Aiguisant son futile et délicieux sourire

                                   Qu'elle jette et vient cogner sur mon coeur 

                                   Quand sa lèvre comblée rougit de désir.



                                    Le cheveu long rangé dans un chignon

                                    Libère son profil humble mais délicieux

                                    Que la jeunesse ruisselle sur son front

                                    Et la tendresse se noie dans ses yeux.



                                   Sa nuque se relève douce et sensuelle

                                   Un rayon de merveille marque sa figure

                                   Et son écho sur sa peau ambre et naturelle

                                   En reflets éclabousse sa féminine texture.



                                  Elle m'offre son geste câlin et gourmand 

                                  Effleure et touche le bout de mes doigts

                                  Son soupir me caresse chaque instant

                                  Quand s'enlace sa chaleur contre moi.



                                  Son infinie beauté est un long voyage

                                  L’œil, un reflet d'ombre et de lumière

                                  Et le silence accroché sur son visage

                                  Ravi, sa joue de charme et de mystère.



                                  Dans cet instant infiniment épanoui

                                  Je bois cette unique et fugitive joliesse

                                  Son éblouissante splendeur exalte, ainsi  

                                  J'aime son secret et je lui confesse.


                                                         M PIERRON 


      Copyright © M. Pierron

       certificat : 000568365                        

dimanche 8 juin 2014

FLÂNERIE NOCTURNE


                          Il y a des ombres des lambeaux de jour

                          Qui épousent les pavés des boulevards

                          Et le silence horizontal des faubourgs

                          S'opacifie sous un crachin de brouillard



                          Je me balade le pas errant le trottoir

                          L'âme ravie sous le berceau obscure

                          Seul, je vais dans l'intimité du soir

                          Flâner les lieux le talon en aventure.



                          Des clartés qui vacillent dans la nuit

                          Il y a des lumières sur les avenues

                          Rien ne bouge le bruit s'est endormi

                          Sur le nocturne dans les petites rues.



                          Je pose le pied le long des quais déserts

                          A l'issue d'un escalier sur un chemin

                          Qui me pousse près du bord de mer 

                          Sur une plage recouverte de sable fin.



                          Il y a des vagues la mer qui soupire

                          Ses flots qui meurent sur le rivage

                          Sur l'onde un chaleureux zéphyr 

                          Me gave de son haleine sauvage.



                          Sur la rade entre l'eau et le ciel

                          Il y a la ville ses reflets lumineux

                          Il y a la mer ses effets sensoriels

                          Et ma promenade entre les deux.



                                                                   M PIERRON



         Copyright © M.Pierron

           certificat : 000568365            

jeudi 5 juin 2014

JEU DE CŒUR



                               Tu viens blottir ton joli coeur contre moi 

                               Ton regard me frôle mes yeux te touchent

                               Quand ta lèvre chaude et humide à la fois

                               Pose en douceur un baiser sur ma bouche.



                              Tu m'offres l'amour en toi que je respire

                              Ton festif effluve me prend et me capture

                              Si ton joli coeur succombe à mes désirs

                              Ma tendresse sourit sur ta figure.



                              Je garde ton bonheur, j'ouvre les bras

                              Ta main sur ma main douce est légère

                              Et l'espace qui s'enfuit sous nos pas

                              Uni, nos doigts et les resserrent.



                              Ton corps se penche sur ma passion 

                              Et ta beauté envahie de sentiments

                              Jette savoureuses dans l'abandon

                              Tes formes que je cueille infiniment.



                              Le régal souffle nos étreintes fertiles

                              Ton coeur contre moi reste blotti

                              Et ton visage immense doux et fragile

                              Caresse mon âme et la chérie.



                                                        M PIERRON