mardi 22 avril 2014

PUISQUE TU T'EN VAS




                              Puisque tu t'en vas ton dernier soupir

                              Le bruit de ton pas s'enfuit loin de moi 

                              Puisque tu t'en vas sans un mot à dire

                              Étouffant de son l'écho de ta voix

                              Parce que je reste là juste pour souffrir

                              Par les larmes le cœur éloigné de toi .



                              Ils sont immenses par toute une vie 

                              Ces instants stériles déserté d'amour

                              Et ces départs que jamais on oublie

                              Quand l'exil fuit sans esprit de retour

                              Laissant sur des sentiments refroidis

                              L'âme fissurée et la peine autour.



                              Puisque tu t'en vas le regard en silence

                              Sans te retourner sur le temps passé

                              Puisque tu t'en vas dans l'indifférence

                              Oubliant déjà que l'on s'est aimé

                              J'aurais tant voulu crier ton absence

                              Sur les maux qui nous ont séparé.



                              Taire le bonheur ou le laissé choir

                              Parce que le rêve est de mauvaise odeur

                              Dans son haleine, un fiel de désespoir

                              Et sur l'écart qui a déchiré les cœurs

                              Va le souvenir heurter la mémoire

                              Laissant froid l'amour se tordre de douleur.



                                                           M PIERRON



                                


vendredi 11 avril 2014

RETOUR DE SOUVENIRS




                                     Le temps mort a réchauffé les souvenirs

                                     Par-delà les pensées rangées dans l'oubli

                                     Réveillant les songes ébouriffés de désirs

                                     Que le passé a minutieusement enseveli.



                                     Le suprême retour emmiellé de tendresse

                                     Jusqu'au délire va par les illusions perdues

                                     Souffler sur la conscience, ranimer l'ivresse

                                     De ses émotions jadis joyeusement vécues.



                                     Vains préjugés de mots étouffés de silence

                                     Les visions fanées, enfouies dans la mémoire

                                     Vont réchauffer sans parole l'effervescence

                                     Du sentiment qui naguère fut nourri d'espoir.



                                     Nostalgiques, ainsi s'écoulent bien entières 

                                     Les joies successives sur les pas du temps

                                     Comme un regard clos sur le courant d'hier

                                     Qui soudain vient se jeter sur le présent.



                                                                            M PIERRON         



Copyright © M.Pierron



                                    




                                       

vendredi 4 avril 2014

L'ABEILLE



                                Blonde envolée au printemps de douceur

                                Elle va de son aiguillon aspirer le butin

                                S'enivrant dans l'océan parfumé des fleurs

                                Boire la sève dans les calices de jardin.



                               Fidèle errante sur le chemin de la nature 

                               Dans ces profonds pistils qu'elle rapine

                               Va de fleurs jusqu'aux fruits bien mûrs

                               Active, se gaver de la substance divine.



                               Dans la saison fleurie à l'heure estivale

                               Aguerrie de tiges et leur corolle sauvage 

                               Elle butine sans répit la diversité florale

                               Flânant les coteaux longeant les feuillages.



                               Souveraine dans ces vergers environnants

                               Et son effet bénéfique d'une pollinisation 

                               Quand la vie sur ses crochets s'agglutinant

                               En la faveur de grain et leur fécondation.



                               Elle m'offre onctueux le succulent plaisir

                               De son sucre doux d'un nectar naturel

                               Que je déguste lent et que je respire 

                               Festoyant ma bouche d'un coulis de miel.



                               Ingénieuse dans son pillage et son labeur

                               Son bonheur, un pétale le mal un pesticide

                               L'ouvrière innocente intoxiquée se meurt

                               Du poison humain redoutable insecticide.



                                                         M PIERRON