samedi 29 mars 2014

LE SOLDAT




                            Dans le silence, le vide ira se nourrir

                            De son adieu sur un quai de départ

                            L'ineffable tristesse avant de partir

                            Usera de larmes les tendres regards.



                            Il s'en va même s'il ne l'a pas voulu

                            Le coeur serré sous ses paupières closes

                            Sa dulcinée blottie entre ses bras nus 

                            Au baiser doux sur la lèvre qu'il dépose.



                            Il part comme un héros laissant derrière lui

                            L’écho poignant sous le bruit de son pas

                            Esseulée dans l'angoisse, la femme attendrie

                            Bannie l'insupportable odeur du trépas.



                            Sur un cri s'exclame infinie la détresse

                            Il se bat en soldat pour repousser la mort

                            Mais sans jamais oublier la tendresse 

                            Qui l'attend là bas et qui l'aime très fort.



                             Glorieux devoir jusque dans la bataille

                             C'est un soir que l'horrible douleur

                             A déchiré son coeur brûlé ses entrailles

                             Éteignant son corps sur un champ d'honneur.



                                                               M PIERRON




 

samedi 22 mars 2014

APOGÉE EXTATIQUE


                                                

                                                  Je suivrai votre ombre qui s'efface
                                                  Sur le plus doux destin de vos pas
                                                  Le cœur plein d'amour sur vos traces
                                                  Réduirai l'espace entre vous et mes bras.

                                                  Je marcherai derrière votre innocence
                                                  Comme unique seul héros de vos rêves
                                                  Etre le vertige de vos instants de silence
                                                  Quand fuit le songe que l'illusion s'achève.

                                                  Au clair de vos yeux je boirai vos regards
                                                  Dans la douceur baiserai vos lèvres chéries
                                                  Que naisse avant qu'il ne soit trop tard
                                                  L'émotion sur la beauté de vos plis.

                                                  Je reposerai mon âme au lit de vos désirs
                                                  La main en folie remplie de caresses
                                                  Frappera d'émoi tous vos cris de plaisirs
                                                  Et nos doigts s'enlacerons de tendresse.

                                                  J'aimerai jusqu'à la pointe de votre sein
                                                  La sève acre sur ma bouche régalée
                                                  Vous m'offrirez votre suprême festin
                                                  Quand votre extase sera à son apogée.

                                                  Plus chaude serrée votre vie contre moi
                                                  Je sentirai en éclat soupirer votre chaleur
                                                  Vos pensées secrètes et votre délicate joie
                                                  S'enrouleront ainsi autour de mon cœur.

                                                                                         M.PIERRON



                                       

jeudi 13 mars 2014

ÉMOTION SUR LA BERGE DU RHIN







                           La nuit s'engouffre dans leurs cheveux

                           Et comme retenue l'obscurité en otage

                           Va son halé assombri et ténébreux

                           Traîner l'opacité noire sur le paysage.



                           Les âmes enlacées sur le bord du Rhin

                           De pas complices en l'heureuse saison

                           Vont les sentiments unissant leur instinct

                           Vivre l'instant en secret leurs émotions.



                           C'est là à l'orée de ces fiers rameaux

                           Il y a peu de temps la première fois

                           Que l'amour a glissé sur leur peau

                           Et leur coeur tendre caressé l'émoi.



                           Les corps posés sur l'herbe du soir

                           Ils retrouvent cet endroit paisible

                           Où la tendresse osant s'émouvoir

                           De leurs échanges doux et sensibles.



                           En leurs ébats roulés sur la mousse

                           Enchevêtrés, leurs ombres étendues

                           Usant de l'amour qui les éclabousse

                           Aux baisers sur leurs lèvres tendues.



                           Leurs soupirs rythmés et brûlants

                           Soufflent sur leurs désirs affermis

                           Laissant dans leur bonheur haletant

                           Un gémissement de plaisir aussi.



                                                           M  PIERRON 



 Copyright © M. Pierron

 

mardi 4 mars 2014

RELATION SECRETE





                             La dulcinée s'est vautrée dans la passion 

                             Le coeur serré entre ces deux bras tendus

                             Et ses chauds désirs prisonniers d'émotions

                             Ont glissé le sentiment sur sa cuisse dévêtue.



                             Les mots en paroles ont bercé la tendresse 

                             L'ingénieuse illusion confite d'espérance

                             A laissé sensuelles ses courbes en délicatesse

                             Pénétrer l'amour et chevaucher l'innocence.



                            Emerveillés aux baisers de leurs bouches

                            Elle était sa maitresse étendue sur le lit 

                            Il était son amant renversé sur la couche

                            Ils étaient deux exténuant leurs ébats interdits.



                            Les esprits suaves emmielés de plaisir

                            Délectaient leur festin tendre et fougueux

                            Lorsque la caresse unissait leurs soupirs

                            Que l'orgasme éteignait leurs yeux.



                            Le temps s'arrêtait sur sa fesse vagabonde

                            Quand l'envie roulait son corps effeuillé 

                            Et l'étreinte dans leurs heures fécondes 

                            Gardait en secret leurs coeurs enlacés.



                            Le frisson parcouru sur son pâle sein 

                            Fut l'ivresse d'une extase dernière 

                            Et l'amour flagellé d'un brusque chagrin

                            Laissait choir leur relation particulière.



                                                       M PIERRON










dimanche 2 mars 2014

LE SENTIER




                              Un petit sentier de terre étroit et fleurit

                              Dans la clarté pâle à l'éclosion matinale

                              Libre se faufile ambitieux et sans bruit

                              Sous le bleu marbré d'un ciel estival.



                              En bordure des buissons d'aubépines

                              Eveillent leurs sépales de rose et blanc

                              Et la brise ennoblissant mes narines

                              M'éclabousse de son bienfait odorant.



                              Frémissante sur les herbes et les fleurs

                              L'ombre fissure son haleine fragile

                              Et la lumière épanouie de splendeurs

                              Gave la nature de sa saveur subtile.



                              Je déambule le pied prit d'évasion 

                              Sur le pâturage vert de mon aventure

                              La douceur épanchée sur mon front

                              Et ses reflets heurtant ma figure.



                              Le pas flâneur les mots en pensées

                              Je respire le bonheur qui m'est offert

                              En la communion dont je suis invité

                              Lorsque mon talon se pose sur la terre.



                                                           M PIERRON


Copyright © M. Pierron