mercredi 19 février 2014

AU BORD DU RUISSEAU




                             Posant furtif son pied souple et fragile

                             Elle pousse l'instant de son aventure

                             Sur un chemin en sous-bois qui se faufile

                             Dans l'inconnu ombragé sous la ramure.



                             Jouissant de cette agréable quiétude

                             La douce haleine d'un soleil de juin

                             Crache son effluve chaud de gratitude

                             Venant caresser son tendre féminin.



                             Une marche tantôt paisible en dandinant

                             Pose son pas le long d'une berge fleurie

                             En contrebas d'un long cours ruisselant 

                             Et l'eau claire vers la plaine qui s'enfuit.



                             Un épais tapis d'herbe et de mousse 

                             Debout, les pieds dans l'onde liquide

                             D'un geste, sa robe, elle retrousse

                             Trempant son nu dans le nid limpide.



                              Douce et dévêtue, elle plonge entière 

                              L'arrogance de sa nudité sensitive

                              Dans le tourment agité de la rivière

                              Noyant son sein au fil de l'eau vive.



                              Sa fesse blanche se roule effeuillée

                              Et la beauté en intégral abandon

                              Se vautre sur la verdure ensoleillée

                              Sa cuisse osant une idéale position.



                              Laissant glisser son voile de désir

                              Le pied souple, comme elle est venue

                              Quitte l'endroit qui a bu son plaisir 

                              Et la douceur qui a baigné son nu.



                                                        M  PIERRON


 

       Copyright © M. Pierron

         certificat : 000568365                    


                             



                             



dimanche 16 février 2014

LISE ET MOI





                             Nous partagions le secret de nos désirs

                             Lise et moi étions beaux et jeunes à la fois

                             Et nos purs sentiments aimaient nourrir

                             La tendresse qui consumait nos émois.



                             Les pas cheminant la sente ombragée

                             Nous écoulions ces instants substantiels

                             Dans la plénitude de nos après-midi d'été

                             Les yeux enlacés sur nos regards fidèles.



                             Nos bouches remplies de mots doux

                             Laissaient par nos illusions profondes

                             Couler le bonheur sur nos joues

                             Unissant chaudes nos lèvres fécondes.



                             Lise affectueuse me donnait son coeur

                             Son visage fragile dont je m'étais épris

                             M'offrait sublime la caresse en douceur

                             De son sourire et son charme aussi.



                             Nos étreintes en langoureux vertiges

                             Versant nos baisers tendres et courts

                             Attendaient que notre plaisir se fige 

                             Pour se jeter dans notre acte d'amour.



                             Je m'enivrais de ses suprêmes vertus 

                             Lise concevait son bras sous le mien 

                             Heureux le pas libre vers l'inconnu

                             Nous allions mon coeur prés du sien .



                                                      M  PIERRON



Copyright © M. Pierron


mercredi 12 février 2014

LIBERTE D' EXPRESSION



                                  Aux armes liberté interdit l'expression 

                                  Ils veulent canaliser notre franc-parlé

                                  Soumettre la pensée dans une restriction 

                                  Faire de la parole une voix réglementée.



                                  Abroger les mots filtrer les échanges

                                  Ils vont oser jusqu'à leur avantage

                                  Sanctionner la phrase qui les dérange

                                  Que soit le vocabulaire à leur usage.

                    

                                   Aux âmes en liberté parole prisonnière

                                   Va la pensée libre avant de l'écrire

                                    De style en forme dans sa manière

                                    Etre censurée le verbe le raccourcir.



                                   Liberté qui frémit à l'ordre sous la loi

                                   L'espion aux aguets traque et te poursuit

                                   Quand la syllabe et la voyelle à la fois

                                   Fait un écho et que leur son est interdit.



                                   Homme libre hurles très haut et fort

                                   Que l'expression ne soit pas abstenue

                                   Et que la liberté plus ivre encore

                                   Bave de mot la phrase ininterrompue. 



                                                           M  PIERRON







dimanche 9 février 2014

AUDACE POLISSONNE







                               Jubilant sur un décolleté chaleureux

                               J'ai enfoui jusqu'au plus profond

                               L'audace ahurissante de mes yeux

                               Dans le sage insolent du joli cocon.



                               Un secret chaud osé d'impertinence

                               Que ma vue contemple ses rondeurs

                               Et mon régal à la délicieuse opulence

                               Se bâfre dans ce festin de douceur.



                               Comme extra, cette malingre vertu

                               Ravie dans le nid de son corsage

                               Un silence palpitant le charme tendu

                               De ses seins frémissant sous le voilage.



                               Dans le vertige de cette intimité câline

                               Mon oeil baise ses succulents contours

                               Poussé, le désir s'agrippe sur la poitrine

                               Osant l'émotion à se glisser autour.



                               Un univers feutré durcit de tendresse

                               Qui m'est offert d'un humble hasard

                               Ses formes généreuses que je caresse

                               Et leur beauté que je bois du regard.



                                                                       M  PIERRON







Copyright © M. Pierron


mardi 4 février 2014

LA VIEILLE FEMME



                                        

                                      Elle est assise sur le revers du temps 

                                      Figée de silence comme une statue

                                      Les illusions fanées depuis longtemps

                                      La lèvre close de mots qui se sont tus. 



                                      Elle laisse la vie enjamber ses jours

                                      Enveloppée dans une épaisse solitude

                                      Et l'affront du vide qui l'entoure

                                      Agace d'ennui sa constante lassitude.



                                      Le pied incertain, elle marche à tâtons

                                      De front bas, vouté sur ses hanches

                                      Apuyée lourde sur son vieux bâton

                                      Le regard vide sous sa tignasse blanche.



                                     Ainsi, ses gestes toujours les mêmes

                                     Tel, un rituel qu'elle aurait consenti

                                     De matins tristes et de soirs blêmes

                                     Dans un quotidien gavé de mélancolie.



                                     Son temps en recul esclave d'un passé

                                     Que ses pensées réveillent les souvenirs

                                     Et quand les rêves émus sont réchauffés

                                     Vont paisible dans son coeur se rendormir.



                                     Elle attend assise sur le revers du temps

                                     La griffe sévère qui saisira son heure

                                     Un jour d'été ,d'hiver ou de printemps

                                     L'âme clôt quittera sa demeure.



                                                           M  PIERRON





Copyright © M. Pierron