mercredi 8 janvier 2014

RUE DE LA TOUR

                                                




                                            Ils ont des années ces mûrs de pierres

                                            Sous leur toit de tuiles rouges ou grises

                                            Ils se posent alignés, tel sur la terre  

                                            De front inégale, les maisons se rivalisent 

                                            Leurs ombres furtives couvrent le par terre

                                            Au silence de ces intervalles qui les divisent.



                                            Certaines l’œil fuyant et l'ossature avachie

                                            Outragées par les supplices des saisons

                                            Souffrent meurtries, les visages usés de vie

                                            Et leurs faces désolées infinie d'abandon 

                                            Laissent sous un vieux lierre qui les envahit

                                            Apparaître quelques morceaux de leur pignon.



                                            Le dédale de la rue et son petit trottoir

                                            Convaincs le temps autrefois consommé

                                            Que son pavé passé lézardé d'histoire

                                            Se débordait sans cesse d'être piétiné

                                            De pas pauvres où de pieds notoires

                                            Au talon nourri accusant le caillou de gré.



                                            Comme une rue promenant ses passants

                                            Sur son dallé allant le long des murailles

                                            La galoche écorchée, le sabot claquant

                                            Poussaient jadis l'écho dans les entrailles

                                            Silencieuses de la rue où chaque instant 

                                            Offrait un bouquet de bruit sur la rocaille.



                                            La pierre est déserte les usagers ne sont plus

                                            Je marche dans l'abandon du faubourg

                                            Les pas confondus et leurs bruits se sont tus

                                            Sur le pavé d'antan harcelé, tous les jours

                                            Ci-gît sous mon pied une fébrilité disparue

                                            Qui fut autrefois noble dans la rue de la tour.



                                                                        M PIERRON


                                   

 Copyright © M. Pierron

                                           






                                             


2 commentaires:

lillico a dit…

A ma première lecture, ce poème m'a bien plu.
Il faut que je le relise plusieurs fois pour qu'il devienne pour moi comme une musique ou comme le bruit d'une cascade.
Merci pour la poésie
Lydie Mapuce

Danielle DROUET a dit…

ton poème est une promenade dans cette rue tes mots sont magiques et nous entraîne dans tes pensées et bruit de la cascade merci Michel ton amie bises