vendredi 27 décembre 2013

MINUTE DE SILENCE




     



                                        Pousser le son des mots dans le silence

                                        L'oral s'étrangle et la voix se mutile

                                        Quand le bruit avorte son impertinence

                                        Pour faire une minute de parole stérile.



                                       L'instant va se jeter dans la mémoire

                                       Fertiles secondes à penser tout bas

                                       Où l'expression a perdu son pouvoir

                                       Pour une minute où l'on ne parle pas.



                                       Sans écho ni trémolo de murmure

                                       L'émotion vive à sa façon de se taire

                                       Quand le vocal retenu en capture

                                       Va la minute surseoir le vocabulaire.



                                       Retenu de langage à ne plus rien dire

                                       Le verbe va s'insinuer sur la raison

                                       Et le sujet feutré ira se recueillir

                                       Dans la minute muette de conjugaison.



                                       Sur quelques secondes incliner la voix 

                                       Où si peu de temps et tant d'absence

                                       Puiser la pensée et le souvenir à la fois

                                       Pour symboliser une minute de silence.



                                                                                                M  PIERRON


Copyright © M. Pierron 


vendredi 20 décembre 2013

INCENDIE SENSUEL






                                     Ô fragile beauté, j'use à la diviniser 

                                     Mon âme couve sa sublime jeunesse

                                     Et mon regard subjugué va se faufiler

                                     Sous son charme que mes yeux caressent.



                                     La jambe faste à ma vue qui l'a touche

                                     De ses formes en maintes rebellions

                                     Quand le désir salive sur ma bouche

                                     Excelle sur sa lèvre la douce tentation.



                                     Volupté somptueuse de formes et d'allure

                                     Elle vante ses plis enveloppés de vertus

                                     Le fruit de l'arrogance dévêt sa nature

                                     Surprenant mon plaisir à son coeur mis à nu.



                                     Elle est belle et sous sa tignasse blonde

                                     Un piquant parfum et son sourire à la fois

                                     Ose me convier où les instants inondent

                                     De délicatesse,débordant mon regain de joie. 



                                     Calomnies de bienfaits sont corps au féminin

                                     Va se vautrer jusqu'à s'enivrer de douceur

                                     Dans l'intervalle inconnu de mon destin 

                                     Entre mes bras et serré contre mon coeur.



                                     J'aime l'azur bleu ciel sous sa paupière

                                     Si sa bouche m'observe et me demande

                                     Sa lèvre me cherche et s'offre tout entière

                                     En ses désirs fous et mes envies gourmandes.



                                                                   M PIERRON



              Copyright © M. Pierron

                 certificat : 000568365                     
                                               



vendredi 13 décembre 2013

L'ÏLE DE LA REUNION






                                 Dans l'eau sous les cieux, un îlot de terre 

                                 Jardin de fleurs né sur la vague de l'océan

                                 Telle, une oasis étendue au milieu d'un désert 

                                 Dans l'horizon fluide de l'empire flottant.



                                 Une île s'étire dans l'immensité bleu

                                 Sa beauté trésaille flagellée de douceur

                                 Et les vapeurs océaniques d'être sous le feu

                                 D'un câlin zéphyr capricieux et charmeur.



                                 Sont front haut rivage se lève orgueilleux 

                                 Où le flot meurt libre sur le sable fin 

                                 Laissant l'emprunte de son flux écumeux 

                                 Dans le repli limpide aux effets cristallins.



                                 La nature se faufile et s'offre hospitalière

                                 Chaque fleur nait embellissant les aurores

                                 Comme un paradis éclaboussé de lumière

                                 Les jours se gavent aux bienfaits de la flore.



                                 Terre de volcan des senteurs de tropiques

                                 Souffle de cendre sur des braises en fusions

                                 Le piton épanche le long de ses flancs obliques

                                 Son crachat de plasma d'une lave en éruption.



                                 Un joyau terrestre inondé sous l'azur 

                                 Avec des gens les coeurs envahis de soleil

                                 Qu'un métissage harmonisant leurs cultures

                                 Faisant unique une île ensemencée de merveilles.



                                                               M PIERRON


je recherche toujours mon ami Emile EDWING DU TAMPON !!!! avis au gens du Tampon merci

Copyright © M. Pierron





mercredi 4 décembre 2013

L’ÉPAVE ÉCHOUÉE

 


                                 Il n'importe peu l'épave endormie

                                 En la grève s'appuyant sur son flanc 

                                 Rongée d'abandon, l'âme engourdie

                                 A enlisé sa quille dans le sable blanc.



                                 Planté dans les tessons de la solitude

                                 Le temps s'est engouffré plus amer

                                 Accablant ses années de vicissitudes

                                 Sur l'étrave délaissée par la mer.



                                 Ce grand mât jadis gonflé de noblesse

                                 Roulant les eaux apprivoisant les climats

                                 A laissé glissé sur l'océan sa jeunesse

                                 Bercé par les flots dans les épais frimas.



                                 Loin des mondes à finir son aventure

                                 En naufrage exilé sur les rivages stériles

                                 Que le supplice des ans banni l'ossature

                                 Et dans la voile lacérée le vent s'enfile.



                                 L'armature avachie se heurte aux saisons

                                 Une péninsule désespérée nue d'existence

                                 Sans cri lointain dans un unique horizon

                                 Le martyre souffre sa vie au bruit du silence.



                                 Le vétuste pavois en sa dernière demeure

                                 Sur un sable que l'eau vient lécher parfois

                                 Quand le soleil furieux engloutira les heures

                                 Cesseront les soupirs de ses haubans et ses bois.




                                                                              M  PIERRON