samedi 23 novembre 2013

LUCIE






                                 Elle exprimait en secret sous sa jupe blanche

                                 La pudeur ingénieuse de ses fiers contours

                                 Enroulant d'insolence le jeu de sa hanche

                                 Le flanc chaud de désir d'appel en amour.



                                 En ce temps-là Lucie me versait ses yeux

                                 J'usais ma joie fidèle à suivre ses jupons

                                 Nous avortions des heures sous les cieux

                                 A brûler nos envies et vivre nos émotions.



                                 Ainsi nous, allions par les chemins verts

                                 Le pas élancé l'extase à nos fronts rustiques

                                 Cueillir en douceur nos fugaces chimères

                                 Prenant appui sur nos pensées idylliques.


               

                                 Complices l'espoir chevauchait le bonheur

                                 J'aurais arrêté le temps juste à cet instant

                                 Quand Lucie sa main sur mon coeur

                                 Collait mes sentiments à ses doigts gourmands.



                                  En ces heures choisit à l'orée des taillis

                                  Nous étions seuls à l'abri du passage

                                  Lucie éclaboussait ses formes resplendies

                                  M'offrant sublime le nu sous son corsage.



                                  J'aurais hurlé afin que ne cesse le festin

                                  Et que ne s'éteigne ce morceau de jour

                                  Quand ma lèvre avide respirait son sein

                                  Se gavant de chaleur sur sa peau de velours.



                                  Lucie etait heureuse je l'étais avec elle

                                  La saveur de sa bouche je l'avais cueilli

                                  Et notre plaisir coulait en illusions nouvelles

                                  Mais nos pas dans le temps ne se sont pas suivis.



                                                                      M PIERRON

      

jeudi 14 novembre 2013

LA TIMIDITE



                                       

                                  La pensée captive d'un esprit en recul

                                  Va dessous un rêve camoufler le désir

                                  Derrière un regard, le silence ridicule

                                  Ira se cacher dans le secret du plaisir.



                                  Les mots se taisent étouffés d'émoi 

                                  Quand la volonté du geste n'ose pas

                                  Au balbutiement d'un soupçon de voix

                                  La timidité excelle en vierge débat.



                                  Les yeux tremblent affolés de voir

                                  Lorsque la modestie masque le visage

                                  Comme s'effacer au jeu d'un miroir

                                  Moins paraitre en dissimulant son image.



                                  Le teint rougit et la lèvre troublée

                                  Observé dans une beauté hésitante

                                  Et que l'envie souffre intimidée

                                  Jusqu'à rester muette et distante.



                                  Feinte d'audace pour vaincre la peur

                                  Pousser hors de l'infinie conscience

                                  Le complexe qui se révèle inférieur

                                  Pour que le geste ose parler en silence.



                                                               M PIERRON



 Copyright © M. Pierron 






                                              

mardi 5 novembre 2013

LIBRE DE LIBERTE

 

                                                           

                                       Que l'espace est grand infini sous l'azur

                                       Quand l'esprit s'évade seul sur l'horizon

                                       Le talon franc d'aller de pas et d'allure

                                       Va l'âme sans contrainte vivre sa passion.



                                       L'intervalle s'écroule et le désir s'enfuit

                                      Quand l'instant restreint se libère soudain

                                       Et l'idéal abroge les droits interdits

                                       Etre libre des pieds et des mains.



                                       Hurler sa préférence en criant son choix 

                                       Et faire d'un départ un aller et retour

                                       Quand penser tout bas s'exprime à haute voix 

                                       La liberté est un voyage de nuit ou de jour.



                                                                         M PIERRON

                                        


                             



                                    

samedi 2 novembre 2013

LE JOUR DE LA TOUSSAINT




                                     Novembre humide le long du mur de pierre

                                     Ce lieu de silence parmi les stèles et les croix

                                     Je vais le pas recueilli sur l'allée du cimetière

                                     Où nous marchions bien souvent autrefois.



                                     L'âme torturée les bras remplis de fleurs

                                     Humble, je viens dans l'infini de ton repos

                                     Déposer sur le marbre en brin de douceur

                                     Des chrysanthèmes et une bruyère en pot.



                                     La pensée engloutie dans les souvenirs

                                     Je me rapproche prés de toi maintenant

                                     Et même si le vide m'a volé ton sourire

                                     Je garde en moi les sentiments d'avant.



                                     Jamais de ce qui fut nous, rien ne revivra

                                     Mais tu es là, tu restes l'ombre de ma vie

                                     Tu es mon guide le pas de mon pas

                                      La douce blessure qui me déchire aussi.



                                      Je m'éloigne dans l'oeil le chagrin amer 

                                      Les bras vides, je t'ai apporté des fleurs

                                      Ma solitude referme le grand portail de fer

                                      Sur l'espace de ta dernière demeure.



                                                                                  M PIERRON



  Copyright © M. Pierron