dimanche 27 octobre 2013

LE VERGER ET LE JARDIN





                                        Le jour s'appuyait sur un éclat de lumière

                                        Et l'aube gavée du caprice matinal

                                        Soupirait dans les bouffées printanières

                                        Son crachin de douceur sur le végétal.



                                        Le pas exhalé aux senteurs de fruits mûrs

                                        Foulant au verger son herbe froissée

                                        D'une ivresse dans cet excès de nature

                                        Mon coeur trébuchait le long de l'allée.



                                        Au bout du chemin, le portail chancelant

                                        S'ouvrait humble sur un bouquet de fleurs

                                        Gracieux, un arbuste et un lierre grimpant

                                        S'inclinaient faisant mon entrée d'honneur.



                                        L'iris excellait la margelle du jardin 

                                        Le glaïeul blanc et ses bords vermillon

                                        Semblait épouser l'arôme du jasmin

                                        En panache éclaté de fleurs et boutons.



                                        Le jargon d'un mainate brisait le silence

                                        Et son gazouillis subjuguait les lieux

                                        Tel, un privilège d'une joie sa cadence

                                        Animait le courtil de son élan mélodieux.



                                        Aux premiers plis colorés du levant

                                        Le pied autant ravi dans le berceau fleuri

                                        Comme il était doux cet effluve troublant

                                        Epicé de fleurs et sucré de fruits muris.



                                                                           M PIERRON




                                        

jeudi 17 octobre 2013

AUDACE DES SENS



                                     Elle l'embrasse d'un regard impertinent

                                     Laissant son instinct s'empiffrer de désir

                                     Et le baiser doux sur sa lèvre qu'elle tend

                                     Jette en sa pensée la chaleur d'un plaisir.



                                      L'agonie du jour obscurcit son visage

                                      Dans un mansardé, une table et un lit

                                      L'audacieuse échoue en demi-effeuillage

                                      Offrant les courbes de son corps en délit.



                                       Ravie et cambrée au bord de la couche

                                       Espérant que la chaude main forte

                                       Use sa bonté que ses doigts la touchent

                                       En jeu folâtre que la fébrilité l'emporte.



                                       Le breuvage de ces suprêmes intentions

                                       Sublimant la volupté de sa cuisse fuyante

                                       Afin que flambant l'amour glisse son giron

                                       Et que son festin soit de caresses délirantes.



                                       Dans ce labirynthe unit de tendres vertus

                                       La fragilité de son pâle sein frémissant

                                       Hurle de désir en pointes dures et tendues

                                       Sous une langue folle aux effets butinant.



                                       Éclose telle une âme dévêtue et captive

                                       L'orage chaud tance à sa douce nudité

                                       Renversant l'envie du délire qui salive

                                       Sur les heurts de l'extase déjà écoulés.



                                       La beauté indolente s'assied sur son rêve

                                       Gavée de caresses et de frissons aussi 

                                       L'émoi habille le silence qui se lève

                                       La paupière mi-close et l’œil dans l'infini.



                                                                                   M PIERRON

  Copyright © M. Pierron 

  certificat : 000568365                               

samedi 12 octobre 2013

L'AVENTURIER



                                   Tel, un voyage sur les flots qu'il accomplit

                                   La mature hissée la voile goinfrée de vent

                                   Chahuté de remous, mais libre sur l'infini

                                   Il bat l'eau en écume et ses reflets d'argent.



                                    Solitaire mille lieux en ce désert absolu

                                    Il vogue sur le silence en noeud et d'allure

                                    L'étrave glorifiante et la vague déchue

                                    Flagelle la nef influencée d'aventure.



                                    Majestueux osant les flux océaniques

                                    Il conquiert sous l'azur l'empire d'eau

                                    Quand la rancune en lames euphoriques

                                    Noie de tyrannie le bastingage du vaisseau.



                                    Le souffle du vent est le lien qui le guide

                                    Tel, un nageur brassant la fluidité de l'océan

                                    Il s'empare les bras ouverts la quille avide

                                    De ces instants qui l'emporte vers l'avant.



                                                                                          M PIERRON




Copyright © M. Pierron