jeudi 26 septembre 2013

LA VIE AU CREUX DE NOS MAINS











                                       Aux marches du temps pas d'autres chemins

                                       Une impasse qui nous conduit dans les ans

                                       Chacun de nos pas enjambe un destin

                                       Sans aucun doute dans un esprit triomphant

                                       Jusqu'à l'aube, l'éclat d'un nouveau matin

                                       Incitant l'espoir à mordre chaque instant

                                       Et préserver la vie au creux de nos mains.





                                                                     M PIERRON









samedi 21 septembre 2013

SEPTEMBRE

                                




                                 Septembre sublime l'air est plus froid

                                 L'azur bas agonise dans son ciel de traîne

                                 Et la feuille froissée déshabille le bois

                                 Quand l'âpre vent titube jusque sur la plaine.



                                 Dans ses derniers sursauts, la nature expire

                                 Je vais delà les sentiers d'un pas curieux

                                 Ecouter l'adieu de l'été qui se retire

                                 Taisant son murmure de sons mélodieux.



                                 L'aube rose aux couleurs d'automne

                                 Crache son haleine de vives froidures

                                 Je marche dans les frimas monotones

                                 Aux premiers frissons endeuillant la nature.



                                 Le silence, mon guide, je parle avec lui

                                 Parmi les chênes et leur tignasse rousse

                                 La forêt m'invite à son festin sans bruit

                                 Et la feuille-morte tombe sur la mousse.



                                 Le soleil faible incline son pâle rayon

                                 Et le jour frileux se replie dans l'obscurité

                                 L'ombre sur le soir avachi, l'horizon

                                 En robe de brume, l'automne est arrivé.



                                                                        M PIERRON


     Copyright © M. Pierron 

      certificat : 000568365                            



                           

samedi 14 septembre 2013

LE SAINT LIEU






                                          J'ai pénétré dans le silence d'une église  
                                          Franchi, le porche dressé sous la voussure                         
                                          Un perron et deux dalles de pierre grise 
                                          Surmonte le parvis de l'architecture.                                     
                                      
                                          Passant la lourde porte en chêne grinçante
                                          La pénombre sur les hauts murs de pierres
                                          Dessinait indicibles les ombres imposantes 
                                          Par de faux éclairés affaiblis de lumière.

                                          Le visage épris d'une fraîche halenée
                                          J'osai le pas résonnant le pavé creux
                                          Allant de la nef jusqu'à la grande allée
                                          Un deuil d'encens glorifiait le saint lieu.

                                          La rose du vitrail central épanouie de jour
                                          Honorait ses émaux de lumières divines
                                          Et ses doux reflets s'enroulaient autour
                                          Des colonnes et des cryptes latines.

                                          Chaque espace a son siècle d'histoire
                                          Recelant d'énigmes secrètes antiques
                                          Je m'arrêtai  face à l'autel de marbre noir
                                          Le genou incliné et l'âme pragmatique.

                                                                             M PIERRON






mercredi 4 septembre 2013

UN SOIR SUR LA DUNE





                                    Le soir s'avançait sous un ciel cendre

                                    Un zéphyr agglutiné de mélancolie

                                    Crachotait en haleine de vapeur tendre

                                    L'embrun iodé sur l'écharpe de la nuit.



                                    Le soleil couchant emmitouflé d'ombre

                                    Éclipsait ravit sa clarté sous l'horizon

                                    Dessinant les cieux de lueurs sombres

                                    Fissurant l'éclat de ses derniers aiguillons.



                                    La fièvre s'évaporait et l'obscure épaisseur  

                                    Brouillait l'azur jusqu'à le tacher de noir

                                    Le nocturne salivait sa fraîche moiteur

                                    Son postillon sur ma peau venant choir.



                                    Telle, une odeur vint se coller douce et amère

                                    Sur mes lèvres closes l'agréable goût salé

                                    Dans la nuit, convulsive montait la mer

                                    Son soupir fuyait le reflux en la grève échouée.



                                    Allongé sur le sable en la dune solitaire

                                    Le songe noyé dans les bruits du rivage

                                    J'écoutais les remous et l'écho dans l'air

                                    La vague giflant le récif le limon en naufrage.



                                    Sous cet étrange d'ombre et de lumière

                                    Frémissant l'écume de ses flots infinis

                                    La mer mourait sur le bord de la terre   

                                    M'offrant l'orgueil de ses replis.



                                                                       M PIERRON   



Copyright © M. Pierron