jeudi 8 août 2013

LA VOIX DE L'AME








                                 Elle ferme son regard laissant épanouir

                                 Au miroir de l'âme, un éclat de conscience

                                 Et le lambeau de songe rompu de désirs

                                 Gifle l'illusion d'une douce effervescence.



                                 Balancé sur les mots invisibles de la pensée

                                 L'espoir glorifie jusqu'au fond de la nuit

                                 Et les sentiments absolus sont jetés

                                 Dans les rêves chauds a moitié endormis.



                                 A se laisser dormir dans l'épaisse solitude

                                 Le bain de ténèbre que l'esprit caresse

                                 Va de silence éclabousser de vicissitude

                                 Les préjugés sourds fustigés de détresse.



                                 Les tourments agités hurlent de raison

                                 Et l'angoisse va jusque dans la mémoire

                                 S'immiscer pour substituer l'émotion

                                 Laissant en sanglots le sentiment choir.



                                 Au milieu de l'espoir la pensée s'enfuit

                                 Et la conscience anxieuse s'exclame

                                 Bousculant dans la profondeur de l'esprit

                                 Les cris en appels par la voix de l'âme.



                                                            M PIERRON




jeudi 1 août 2013

LA MAISON ABANDONNEE








                             Des volets mi-clos et ses mûrs de pierre

                             La masure vétuste est fissurée de silence

                             La muraille essoufflée envahie par le lierre

                             S'étouffe de solitude se meurt d'indifférence.



                             Son visage, quelques fenêtres jadis si jolies

                             Respirait le charme d'une noble demeure

                             Et sa porte cochère sous le balcon fleuri

                             S'ouvrait ne laissant s'échapper le bonheur.



                             Sous ses pans avachis outragés par les ans

                             Elle a d'antan connu des éclats de joie

                             En soirées d'hiver ou soleils couchants

                             Mais jamais la chaleur ne quittait son toit.



                             L'aube du passé en bruit d'eau sa rengaine

                             Offrait folâtre en chapelets de clapotis

                             D'un filet chutant le chant d'une fontaine

                             Qui s'est tu d'être resté si loin dans l'oubli.



                             Effacée à l'issue d'un chemin forestier

                             Elle apparaît libre derrière des buissons

                             Au milieu d'un parc emparé de ronciers

                             Sa charpente souffre d'un cruel abandon.



                             Un portail austère oxydé crisse son fer

                             Quand on l'ouvre si longtemps fermé

                             Et d'être le gardien de ce lopin de terre

                             Qui fut autrefois jardin fleuri et parfumé.



                             Oblique allée de grands aulnes en bordure

                             Leurs feuilles fripées sèches sur le caillou sale

                             Dissimulent un pavé prisonnier de verdure

                             Aboutissant sur un parvis de granite pâle.



                             La porte close repose sur ses gonds engourdis

                             Et la solitude a bloqué les charnières

                             Immobile et condamnée à garder aujourd'hui

                             Les souvenirs illustres d'un passé d'hier.



                                                               M PIERRON