mardi 23 juillet 2013

LE JOUR D'UNE FEMME




                                   Elle aimait ces matins embrassés de soleil

                                   Quand les lambeaux sombres de la nuit

                                   Évaporaient leur traîne sur l'aube en éveil

                                   Elle flânait le rêve chevauché de nostalgie.



                                   Elle usait le temps sur le reflet du miroir

                                   Le visage écrasé sous un cheveu bien fait

                                   Exclamait du regard le plaisir de se voir

                                   Au renvoi du profil, la psyché excellait.



                                   Elle savait susurrer les mots crier les sons

                                   Et ses lèvres triomphantes de murmures

                                   Faisait d'un refrain l'essentiel de sa chanson

                                   Elle chantait de voix basse en demi-mesure.



                                   Elle appréciait le goût cette douce solitude

                                   Quand le jour essoufflé ravis de vertus

                                   Éclaboussait de désir l'infime habitude

                                   Elle exhibait sa joie mettait son cœur à nu.



                                   Du souffle de l'aurore à l'agonie du jour

                                   Chaque instant, sa vie était une émotion

                                   Dans le vaisseau du temps de chant court

                                   Elle répétait le doux refrain de sa chanson.



                                                                    M PIERRON





vendredi 19 juillet 2013

LE MISERABLE




                               Le pas désespéré sur le pavé désert

                               L'âme sèche de ses maux a hurler

                               Il va, torturé dans l'obscure misère

                               Briser sa lyre et ses rêves les écraser.



                               Pauvre qu'il soit démuni de raison

                               La vie lui a supprimé son bonheur

                               Et la rue est devenue sa maison

                               Il souffre, mais jamais il ne pleure.



                               Errant dans l'épaisse vapeur de la nuit

                               L'indifférence remplissant ses mains vides

                               Il marche fidèle à l'ombre qui le suit

                               Incertain du destin la famine étant son guide.



                               Poussé par la détresse dans les bas-fonds

                               Chaque soir lui offre pour s'endormir

                               Un par-dessus usé et quelques cartons

                               Et l'abri d'un porche pour se couvrir. 



                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 


mardi 16 juillet 2013

LES AMANTS D'AUTREFOIS






                                  Allongés sous le ciel azuré de juillet

                                  L'été crachait ses chaudes vapeurs

                                  Nous étions Aude et moi en secret

                                  Dans les herbes hautes et les fleurs

                                  Déshabillés libres de tous nos effets.



                                  Cet élan indescent trahissait mon désir

                                  Quand Aude le corps nu extravagant

                                  Et l'haleine douce essuyée de soupirs

                                  Déposait caressante son sein brûlant

                                  Sur ma bouche goulue de plaisir.



                                   L'exquise émotion moite sur sa peau

                                   Excellait vive d'une excitante ivresse

                                   Et son odeur suintante comme de l'eau

                                   Honorait une fragrance délicatesse

                                   M’imprégnant de sentiments nouveaux.



                                   Le regard tendre elle m'offrait ses yeux

                                   A cet instant je lui donnais mon cœur

                                   Aude jetait sa joue et sa lèvre en feu

                                   Roulait silencieuse outragée de douceur

                                   Dans l'avidité d'un baiser langoureux.



                                   Les genoux courbés serrée contre moi

                                   Aude débordait son charmant sourire

                                   Les mains pleines d'amour et de joie

                                   Qu'il était bon ce temps qu'on a vu fuir

                                   Usant nos cœurs d'amants d'autrefois.



                                                                                              

                                                                           M. PIERRON





samedi 13 juillet 2013

PREMIER AMOUR






                                     Le soupir du temps a caressé l'amour

                                     Sur ses matins, les premiers frissons

                                     Ont jeté le rêve tout au long du jour

                                     Flagellant son coeur de douces illusions.



                                     Chaste aux jeux de ces fins délices

                                     L'innocence va se coucher par terre

                                     L'âme franche et le désir complice

                                     Jusqu'à savourer l'instant de mystère.



                                     Ainsi outragée, la lèvre trébuchante

                                     Va glorifier les bouches et les enlacer

                                     Dans la douceur ivre et triomphante

                                     Et l'échange vif d'un premier baiser.



                                     Des regards usés par les sentiments

                                     D'un bonheur chevauché de plaisir

                                     Et ce premier amour d'adolescent

                                     Ira se ranger fidèle dans les souvenirs.



                                                                     M. PIERRON










mardi 9 juillet 2013

REGRETS



                                    Les repentis flagellent le vide de silence

                                    Quand la pensée jetée dans la mémoire

                                    Va s'enrouler autour de la conscience

                                    L'angoisse se souléve et fuit le désespoir.



                                    Un rêve étendu sur les sentiments parfois

                                    Pris jusque dans le berceau de la raison

                                    Va dans l'amertume ou va dans la joie

                                    Sur le sentier du temps mûrir l'imagination.



                                    Le front s'incline sur des jours disparus

                                    Tel, un passage par où la vie s'enfuit

                                    Au regard tendre que l'on ne verra plus

                                    A jamais et dont l'amour en fut le fruit.



                                     Charme du passé impossible retour

                                     En soirs l'ombre et matins d'éclats

                                     Chaque souvenir fait son parcours

                                     L'émotion se tord le désir s'en va.



                                     L'esprit tourmenté de vains pleurs

                                     Geint, le langage interdit de remords

                                     Quand la nostalgie se vêt en bonheur

                                     Le regret de chagrin subsiste encore.



                                                                      M . PIERRON




lundi 1 juillet 2013

AVEUX FUTILES



                        




                                Elle est belle ô douce habillée d'amour

                                J'eusse apprécié l'impalpable vêtement 

                                Quand son âme éclaboussée de jour

                                Met à nu l'intimité de ses sentiments.



                                Vêtue ce matin d'un voile de plaisir

                                Froissé, le silence chuchote en douceur

                                Sur sa lèvre éprise, l'agréable sourire

                                Verse l'infinie tendresse sur mon coeur.



                                L’œil câlin en bleu azur et de joie

                                Invincible regard aiguisé sur ma vue

                                Sous sa paupière offre et prend à la fois

                                Le désir glorifié par une chaude vertu.



                                Visage fragile sous la blonde tresse

                                Que l'aurore sur ses cheveux attifés

                                Rose le reflet, et la nuance caresse

                                Les éclats de sa délicate beauté.



                                Le front bas posé sur ses genoux

                                Ma pensée trébuche et ma voix subtile

                                S'éxprime dans un chapelet de mots doux

                                Osant tiède haleine sur mes aveux futiles.



                                                                            M PIERRON




Copyright © M. Pierron