vendredi 14 juin 2013

MORSURE DU TEMPS




                                Le temps inévitable s'est jeté sur moi

                                Son pli a creusé la ride à mon front pâli

                                Et sa griffe acérée dont je suis la proie

                                A juré ses empruntes sur mon anatomie.


                                Moisson de vie en jours qui meurent

                                Quand les reflets outragés du temps

                                Giflent chaque instant de mes heures

                                Le passé gémit d'être enjambé du présent.



                                Le pressant me frappe de minutes infidèles

                                M'assomme par ces coups de secondes

                                Infini la durée silencieuse me harcèle

                                Je noie mes soupirs au temps qui m'inonde.



                                Des moments engourdis qui s'effacent

                                Piétinants, les ans écrasants les jours

                                L'orgueil du temps marque ses traces

                                Et sa morsure amère et son fiel autour



                                                                                 M PIERRON



Copyright © M. Pierron