vendredi 31 mai 2013

ANNE




                                  Nous étions alors de grands enfants

                                  Anne sur mes regards jetait ses yeux

                                  Sa joue inclinée le front frémissant

                                  Glorifiait son rêve doux et silencieux

                                  Quand ma lèvre le baiser gourmand

                                  Sur sa peau s'effleurait langoureux.



                                  Anne excellait par sa beauté fragile

                                  Dans mes bras elle aimait se blottir

                                  En ces instants de bonheur fertile

                                  Appuyant comme pour s'endormir

                                  A mon torse nu son visage juvénile

                                  Elle échappait un délicieux soupir. 



                                  Enfourchant le secret de nos émois

                                  Les coeurs serrés à ne plus se défaire

                                  Elle offrait bien plus fort contre moi

                                  L'effluve consécutif de sa chair

                                  Son cortège d'arôme abreuvé de joie

                                  Usait mon désir de réel et d'imaginaire.



                                  Son reflet de caprices sur nos heures

                                  Léchait de plaisir mon âme en fusion

                                  Anne spéculait ses assauts séducteurs

                                  En regain sublime d'une infinie liaison

                                  Et notre philosophie enlacée de douceur

                                  Mûrissait le fruit de notre passion.



                                                                       M PIERRON




mardi 14 mai 2013

ESQUISSE SECRETE



                                     Sous mon regard comme resplendit

                                     Eclaboussé de sa svelte jeunesse

                                     Les jambes nues et la robe fleurie

                                     De formes ténues d'une délicatesse

                                     Elle est venue le féminin embellit

                                     Asseoir sur un banc ses jolies fesses.



                                     Au jardin embaumé par les fleurs

                                     Où je laisse vivre mes émotions

                                     Jusqu'à jubiler d'un œil inquisiteur

                                     Son corps qu'elle m'offre d'abandon

                                     La cuisse béante interdite de pudeur

                                     Laisse plonger ma vue sous le jupon.



                                     Ainsi savourer sa fragile intimité

                                     Dissimule de triomphe son plaisir

                                     De visé sa jambe fine s'est écartée

                                     M'invitant discrètement à découvrir

                                     L'instant suprême de sa divinité

                                     Abusant d'impertinence dans son désir. 




                                     Assis de face sur le petit banc de bois

                                     Ô combien l'acmé expose aguichant

                                     Mes yeux esclaves concentrés à la fois

                                     Sur son profil bas et son chemisier blanc

                                     Où l'impudeur délivre dessous la soie

                                     L'érection ivre de ses seins opulents.



                                     La douce sensuelle exclamée de vertu

                                     M'éprend sous sa beauté ravageuse

                                     Nos regards croisés se sont tus

                                     Un sourire ouvre ses lèvres pulpeuses

                                     Se lève puis comme elle est venue

                                     S'éloigne de pas lent la hanche houleuse.



                                                                      M PIERRON






                                             

vendredi 3 mai 2013

LA SAINTE DE LA PATRIE



                                  L'ordre céleste, une voix en appel

                                  A quitter Vosges ses terres natales

                                  Et mener dans les combats mortels

                                  Des troupes vaillantes triomphales.



                                  Roturière juste issue de l'adolescence

                                  Que le choix éternel d'être l'élue

                                  Dirigée pour repousser de France

                                  L'arme émergente et vaincre l'intrus.



                                  L'héroïne sous sa cuirasse d'acier

                                  Le bras fécond le glaive menaçant

                                  En geste chevauchant sont destrier

                                  Va exceller aux portes d'Orléans .


                                  La gloire dans les plis tricolores

                                  Et ses franges tachées et sanglantes

                                  Laissant sur les champs des morts

                                  L'odeur âpre de vies mourantes.



                                  Jeanne humble la tendre guerrière

                                  Combattant sur des coups de victoires

                                  Va glorifier la France prisonnière

                                  Dans la liberté et son roi au pouvoir.



                                  Suppliciée par l'obscure trahison

                                  L'innocente accusée d'hérésie

                                  Par les chaînes,retenue en prison

                                  D'être condamnée et lui brûler sa vie.


                            

                                  La souffrance au bûcher et la mort

                                  Douce Jeanne seule et abandonnée

                                  Et la flamme régalée de son corps

                                  Jésus sur la lèvre à son appel exaucé


                                                                     A  Jeanne  D'Arc   1412 -  1431


                                                                            M PIERRON




Copyright © M. Pierron