lundi 29 avril 2013

LA NATURE EN SURSIS

                      




                             Long râle affligé de douleurs

                            Tandis que sa plainte ignorée

                             S'étouffe de ces novices vapeurs

                             La nature soupire en terre asphyxiée.


                             Chaque espace parait infini

                             D'émotions habillées de mystères

                             Telle, une beauté dans un paradis 

                             La nature semble épouser la terre.



                             Souffle de fièvre acidulé de mal

                             Puisque l'air en bouffée respire

                             Le crachin pollue le besoin vital

                             La nature souffre de s'enlaidir.


                             Sous les cieux , un voile emissif

                             L'homme baigne dans l'indifférence

                             Sourd sous les murmures plaintifs

                             Et la nature en sursis meurt en silence.

                                                 
                                                                            M PIERRON






Copyright © M. Pierron








mardi 16 avril 2013

L'AURA D'UN RÊVE

           

                               En équilibre sur le bord du vide

                               L'utopie la bouscule vers l'obscur

                               Et l'étrange d'un rêve splendide

                               La jette au fond d'une aventure.




                              Règne de sommeil d'azur et d'or

                              Le songe se plait caressant les vues

                              L’irréel a planté son fabuleux décor

                              Et l'imaginaire feint l'idéal absolu.




                              Son rêve s'effondre ainsi l'image

                              D'être le vertige invitant l'émotion

                              Par s'écrouler derrière son visage

                              Unit de silence absent d'animations.




                              Aussi va la lèvre trébuchante

                              Ris, le murmure, tu de manière

                              La belle au lit douce et dormante

                              Savoure la nuit sous sa paupière.


                                                          M  PIERRON 





samedi 13 avril 2013

NOCTURNE





                                 Le voile obscur étouffe l'horizon

                                 Et l'éclat de ciel déchiré en lambeaux

                                 Fuit le jour qui sombre moribond

                                 Évincé par un nocturne nouveau.



                                 L'ombre retentit à l'écho du silence

                                 Et la nuit jusqu'à se vautrer par terre

                                 Clos, la lumière de son incandescence

                                 Les cieux ténébreux noircissant la terre.



                                 Le rebord du ciel aux lueurs d'argent

                                 Étincelle d'étoiles l'océan de nuit

                                 Et la lune d'or offre son croissant

                                 Luisant de lueur le monde endormi.



                                 L'obscurité déshabille le nocturne

                                 Les ténèbres s’effondrent et reculent 

                                 Et l'immensité d'être noire taciturne

                                 Se fissure dans la clarté du crépuscule.


                                                               M PIERRON 



                                  



mercredi 10 avril 2013

MAISON CLOSE



                                   La porte d'un cloître impudique

                                   Sur les mœurs la gente régale

                                   Ouvre les désirs pathétiques

                                   A mes sens d'amant triomphal.



                                   Tel, un étau compressé de courtoisie 

                                   Dans un bordel feutré de contres jours

                                   Un rempart charnel m'ose en défit

                                   La cuisse haute, la dentelle autour.



                                   Fugace influence ses courbes en caprices

                                   Éclaboussant d'avidité mon regard

                                   Torturant mon désir l'Âme séductrice

                                   Jette l'émotion dans notre jeu de hasard.



                                   La rousse juvénile le pas devançant

                                   M'agace la fesse douce et dévêtue

                                   Un grand escalier le pied montant

                                   Me conduit dans son lit inconnu.



                                   La douce effeuillée prend ma main

                                   Son sein fleurissant nu me respire

                                   Jusqu'à chevaucher mon destin

                                   Et goinfrer ma soumission de plaisir.



                                                                              M  PIERRON



LA CONCEPTION




                                   L'amour s'est glissé en son sein opulent

                                   Caressé de douleurs, le bonheur fécond

                                   Souffre sa chaire harcelée de sentiments

                                   Sur un corps apparent et son ventre rond.



                                   L'espoir aux aguets de l'abondance

                                   Que l'amour conçut mûrit son fruit

                                   L'apogée glorifiant l'acte en instance

                                   Jusqu'à pousser l'Âme dans la vie.



                                                                       M PIERRON




lundi 8 avril 2013

LARMES




                                   Le regard vide conquis de douleur

                                   Et la paupière outragée d'un sanglot

                                   Cille dans un cruel chapelet de pleurs

                                   Ne laissant nulle parole pour un mot.



                                   L'humeur saigne désolée de souffrir

                                   Un trémolo dans une voix effondrée

                                   Sur la joue, une larme qui expire

                                   Et l'angoisse en esprit de pensée.



                                   Une mélancolie divertie de solitude

                                   Et la sentence d'être chaude et fertile

                                   Coule en spasmes escorté de lassitude

                                   Sur le bonheur du rêve en péril.



                                  Fermer la peine dans l'obscure chimère

                                  Et l'appel au secours d'une détresse

                                  Faire d'un chagrin un triomphe éphémère 

                                  Quand sur un visage s’assèche la tristesse.



                                                                                       M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 

SYMPHONIE PRINTANIERE




                              La voix de l'hiver sur l'accord des saisons

                              Tais ses longs murmures austères

                              Quand l'aube naît parcourue d'un frisson

                              A l'ébauche d'une haleine printanière



                              Un ciel encombré mars ennuyé de pluies

                              En supplices du temps gémit de frimas

                              L'horizon s'échappe et l'aurore s'enfuit

                              Dans la douceur d'un nouveau climat.



                              Chaque soupir est une renaissance

                              Au verger fleuris et Muguet aux bois

                              C'est un langage de bruits et silences

                              Quand mai s'écrie en éclats d'émois.



                              Épanouie de feuille éclose de fleur

                              La nature défroisse sa robe de dentelle

                              Sous un zéphyr exalté de senteurs

                              Sa réplique diffuse sa clarté naturelle.



                              Les reflets tièdes et sa traîne opaline 

                              Adoucissent le matin écaillé de lumière

                              Et le jour vagabonde la terre s'illumine

                              Sous les vapeurs voluptueuses printanières.


                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron






dimanche 7 avril 2013

JARDIN SECRET

                               Jardin secret envahit de sentiments

                               Ensemencé de pensées arrosées d'espoir

                               L'âme enracinée à l'esprit germant

                               Vit d'émotion à l'ombre de la mémoire.



                               Le songe mûr épanouit de conscience

                               En goutte sagesse infiniment rêvé 

                               Va l'imagination cultivée de silence

                               Conserver le fruit de souvenirs cachés.



                               Mystérieuses invisibles illusions

                               Enfouies dans le profond mental

                               Secrets de verbes et de sensations

                               Qui se désirent en bien ou en mal.



                               Quand la convoitise feint l'impossible

                               Que le rêve tenu s'exprime ou se réalise

                               D'un virtuel osant le réel en équilibre

                               Le jardin se fane le secret se brise.


                                                                            


                                                                                   M  PIERRON

                               


                               




samedi 6 avril 2013

MON FRÈRE




           

                               Je ne fus pas dans tes années chérubin

                               Nos jeux n'ont pas connu nos partages

                               Et nos sourires restés orphelins 

                               N'ont pas fleuri les printemps de nos âges.



                               Mon frère, mon égal altier de source mère

                               Le geste fragile en intention de douceur

                               Au profond de mon âme, tu es venu sincère

                               Déposer un jour tes sentiments sur mon coeur.



                               Je n'oublierai pas le temps qui nous a réuni

                               Ni les gestes pas les mots ni même les murmures

                               Toi qui fus mon frère mon confident mon ami

                               Tu me quittes au chemin de notre aventure.



                               Je verse des larmes essuyées de silence

                               Dans ce monde qui nous a vu sourire

                               Tu laisses par ton éternelle absence

                               Un vide qui s'accroche à mes souvenirs.



                               Je vais par ce sentier étroit et fleuri

                               Où partagé fut notre dernier horizon

                               Je marche sur la sente de nos vies

                               Le pas solitaire perdu d'abandon.



                               J'irai de par le front bas de pensées

                               L'esprit d'instants qui te rappellent 

                               Et jusqu'au bout de ma destinée

                               Tu seras frère mon symbole spirituel.



                                                                       A mon frère Bernard 
                                                                    décédé le 03 février 2013 à Lure


                                                                             M PIERRON


Copyright © M. Pierron


MA MUSE POETIQUE

                                                            

                                 

                                  Ô majestueuse l'invisible me surveille

                                  Compagne de mes douceurs inspirées

                                  La main fidèle suit mes nuits de veille

                                  L'aimante fébrile nourrit mes pensées.



                                  Tu es mon silence ma prose solitaire

                                  Ma passion jusqu'à mes désirs fous

                                  Mise à nu de mes rêves imaginaires

                                  Tu abuses le vers mes rimes, tu joues.



                                  Ma reine de mots aux instants fragiles

                                  Maîtresse assise au bord du sentiment

                                  Ton sein voluptueux d'émotions subtiles

                                  Se plait éperdu sous mon regard d'amant.



                                  Ma douce alexandrine salive poétique

                                  Ton haleine divine expire la stance

                                  Et l'âme trempée en nos écrits lyriques

                                  Se nourrit de notre douce romance.


                                                                    M  PIERRON 





vendredi 5 avril 2013

SORTILÈGE

                                       Insidieux, il s'est immiscé en son esprit

                                       Bondissant l'obscur d'un corps ingénu

                                       L'incube aux ardeurs, le charme accomplit

                                       Va sa fatalité introduire l'innocente élue.



                                       L'éprise sulfureuse épanchée de désir

                                       Quand l'ombre excelle son rituel excitant

                                       La transe essoufflée sublimant le plaisir

                                       Ira jeter dans l'aube ses remords naissants.



                                       Le fantasme abreuvré d'extases sueurs

                                       Au talent de son effet à l'incantation

                                       La muse de nu va noyer sa splendeur

                                       De cuisses béantes de seins à l'abandon.



                                       Nuit de fièvre où le voile s'est échoué

                                       Dans l'excès d'un auguste festin

                                       L'âme va aux prémices clartés

                                       Se vautrer dans les vapeurs du matin.



                                                                                  M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 




                                        

      


  

DELICE DES MAUX






                                 Je t'offrirai des éclats de lumière

                                 Que chaque instant d'ombre de nuit

                                 Ouvre debout sur tes paupières

                                 Ton regard ensoleillé d'infini..



                                 J'agrandirai le ciel de sa couleur

                                 Par le bleu effacerai le gris

                                 Que cet espace ivre de hauteur

                                 Soit l'univers de ton paradis.



                                 Je dirai les mots en récit les silences

                                 Par écrit en des rimes à ta joie

                                 Sur des lignes salivèes de romance

                                 A ton cœur épris de battre pour moi.



                                 Esprit palpitant désiré de frissons

                                 Je caresserai en libre et vainqueur

                                 De mon regard et par ma passion

                                 Ton corps déshabillé de pudeur.



                                 Tu seras ma flamme, je serai ton feu

                                 Embrasé dans l'empire fusionnel

                                 Tu seras femme, nous serons deux

                                 L'haleine chaude et le souffle rebelle.



                                                                M PIERRON 




jeudi 4 avril 2013

JADE ADJUGEE VENDUE



                                 


                                Jade une enfant née sur la terre

                                Dans un espace stérile et ingrat

                                Au quotidien nourrit de misère

                                Où l'amour lui a fermé les bras.



                                Visage innocent au prix dérisoire

                                Elle n'avait pas encore huit ans

                                Vendue dans l'obscurité un soir

                                Au regard adjugé de ses parents.



                                Quelques poignées de dollars

                                Son destin est sans plus valu

                                De rêves torturés de cauchemars

                                Sur ses jours emprisonnés d'abus.



                                Détenue d'ordre et de soumission

                                A chaque instant interdit de liberté

                                La tyrannie se joint d’exécutions

                                Et sa douleur suit d'être condamnée.



                                Sans âge jusqu'à l'identité perdue

                                Contrainte en son âme enfantine

                                Par le viol, son intimité mise à nu

                                De céder sous la main qui domine.



                                Par les bas-fonds de l'esclavage

                                Prisonnière d'un carcan outrancier

                                Dans l'obscurité, sa vie en otage

                                S'ouvre étranglée d'un collier d'acier.



                                                                            M  PIERRON




Copyright © M. Pierron



                                

 





MA VOIX





                                      De syllabes en jeu de langage

                                      Le murmure des mots unis

                                      Souffle en sons les présages

                                      A ma voix l'écho qu'elle chérit. 



                                      Chuchoté, le timbre de ma voix

                                      Sibyllin d'intimes confidences

                                      Va remplir de paroles et de joies

                                      Le vide obscur de ses silences.



                                      Chanté haut poussée plus fort

                                      Ma voix ne fera que chanter

                                      Même si faux son mes accords

                                      Mes pas elle saura les faire danser



                                      Jets de cris lancés loin du hasard

                                      D'appels passionnés et courts

                                      Ma voix plaintive ose ton regard

                                      Frôlé par ton sourire en retour



                                      En bord de lèvre exprimé de son

                                      Diffusé dessous, un soupir

                                      Quand parler gémit d'émotions

                                      L'amour torture ma voix de désir.



                                                                         M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 



                                              

mercredi 3 avril 2013

LE PARADIS PERDU




                                        Un jardin inondé de lumière

                                        A l'ébauche du premier temps

                                        Deux Âmes forcées sur la terre

                                        Dans l’Éden Ève et Adam .



                                        Création d'un genre humain

                                        En lieux favorisés sous le ciel

                                        Animé par ce souffle divin

                                        Accordant la vie éternelle.



                                        Un couple exquis d'ignorance

                                        En terre sublimée bienfaitrice

                                        Telle, une source d'abondances

                                        Féconde et mûrie de délices.



                                        A l'ordre du geste désobéi

                                        Suscitant en reptile Samaël 

                                        De l’orgueil jusqu'à l'interdit

                                        Ils ont consenti le péché originel.



                                        Des siècles aux âmes à souffrir

                                        Par la tentation de l'acte mortel

                                        D'une pomme en fruit de désir

                                        A l'humanité la douleur éternelle.



                                                                                         M  PIERRON



Copyright © M. Pierron 


PARTIR D'AVENTURE


                  
                             


                         J'irai avec ou sans bagage

                         M'en aller sans pensée de retour

                         A l'aube sur les sentes sauvages

                         Par chemin sous l'éclat du jour

                         L'âme solitaire comme un voyage

                         Je partirai libre frugal troubadour.



                         Je marcherai de pas de raison

                         Dans le matin rose et frileux

                         D'un soleil épousant l'horizon

                         Au ciel luisant émaillé de bleu

                         J'arpenterai les vals et les monts

                         L'esprit léger et le désir radieux.



                         Le pas fidèle à la nature

                         Dans son espace de sa lumière

                         S'illuminera de vie mon aventure

                         A l'heure matinale douce printanière

                         Et la clarté dans l'ombre qui se fissure

                         Je partirai le cœur ivre de prières.



                         Seul par ces vertes campagnes

                         Dans ces forêts perdues d'existences

                         Jusqu'aux vertigineuses montagnes

                         Le pied conjugué de prudence

                         Le front courbé en brise compagne

                         Je franchirai chaque instant de silence.



                         Sous un ciel d'aurore en éclat de gloire

                         En ce matin que son azur fulmine

                         Jusqu'à l'agonie et ses lueurs du soir

                         Sur l'inconnu par sillons et ravines

                         J'irai de philosophie, le coeur bandé d'espoir

                         Ennoblir mon âme dans la nature divine.



                                                                            M  PIERRON




Copyright © M. Pierron


mardi 2 avril 2013

ARROGANCE CHARNELLE

   


                                       L'arrogante au pli en tenue légère

                                       Épousées de courbes justes et rebelles

                                       A ses reins et leur chute outrancière

                                       Ose féminin sa volupté sensuelle

                                       Suscitant le désir et sa beauté singulière

                                       A l’œil viril usant son argutie charnelle.



                                       L'extravagante en demi -Effeuillage

                                       De ses jambes habillées de résille

                                       Aux jarretelles retenues en otage

                                       Rehaussée sur ses talons aiguilles

                                       Offre à ces mains câlines et sauvages

                                       Son intimité entière qu'elles déshabillent.



                                       Psalmodie au feu des plaisirs

                                       Et la pointe de ses seins tendus

                                       A la bouche qui les fait frémir

                                       Emmiellée dans la douce vertu

                                       Elle donne en ultime soupir

                                       A son amant l'intégral de son nu .



                                       Dans une chambre au milieu d'un lit

                                       Les cuisses hautes et conquérantes

                                       Cambrée, la tête à l'avant du roulis

                                       A l'afflux de flatteries abondantes

                                       Elle s'enivre du baiser qui unit

                                       Ses lèvres à la langue assaillante.



                                       En l'instant caressé de douceur

                                       Renversée sur la couche drapée

                                       Son râle brûlant écrié de chaleur

                                       Au masculin jusqu'en sa féminité

                                       Glorifie en son corps et son coeur

                                       La quintessence du délire éprouvé.


                                                                  M PIERRON