dimanche 31 mars 2013

MA PLUME

                     


                                   Ma plume passionne en manuscrit

                                   Phrase les consonnes et les voyelles

                                   De mots par un langage écrit

                                   En rimes hautaines et fusionnelles.



                                   Sa traînée sur le papier harmonise

                                   En stances dithyrambes poétiques

                                   La vive inspiration que j'improvise

                                   Fuit de songes à mes pensées lyriques.



                                   Fidèle amante de mes écritures

                                   Confidente à mes secrets sibyllins

                                   Chaque quatrain est notre aventure

                                   Dans l'interligne d'un parchemin.



                                   Tel, un rituel chaque soir

                                   Je la retrouve en son plumier

                                   L'hilarité tente à m'émouvoir

                                   Lorsque je la plonge dans l'encrier.



                                   Gracieuse en lettre majuscule

                                   Elle prose excelle la poésie

                                   Conjugue le point à la virgule

                                   Et vous offrir les vers que voici.


                                                                            M  PIERRON





                                            



                                    


LA ROTURIÈRE DE RUE





                                   Lèvres maquillées fard en paupières

                                   Elle marchait dans la ville endormie

                                   Bravant le pavé la cadence légère

                                   Sur le boulevard étouffé par la nuit

                                   Provocante de style et de manière.



                                   Elle musardait l'allée du trottoir

                                   Exerçant des regards racoleurs

                                   A ses formes sous son caban noire

                                   Les pas perdus infini des heures

                                   D'un aimant qui aurait su la voir.



                                  La roturière espiègle et rebelle

                                  Déhanchant sa démarche féline

                                  Exhibait parfois la dentelle

                                  De ses dessous de soie fine

                                  Sublimant son intimité charnelle.



                                  Fidèle stratégie en jeu séducteur

                                  Galbées de jambes fines et infinies

                                  La jupe courte excellait d'impudeur

                                  Ses courbes vertigineuses tel un défi

                                  A la lubricité d'un chaland prédateur.


                                  Prise au piège dans l'absolue obscurité

                                  Sous un réverbère endeuillé de lumière

                                  L'impertinente sous les yeux régalés

                                  D'un fervent invitant cette dernière

                                  A inonder son plaisir en contre payer.


                                                                     M  PIERRON 





samedi 30 mars 2013

LES VIEUX MARIES






                                 Leurs regards furent noyés de désirs

                                 Et leur jeunesse a retenu enlacé

                                 Leurs âmes épousées de plaisir

                                 Que le temps n'a jamais délié.



                                 La vie les a pris par la main 

                                 Embrassant leurs jolis printemps

                                 De bonheur  à des matins câlins

                                 Et de soirs courtisés de sentiments.



                                 L'amour en nuit de tendresse

                                 A ces lueurs inondées de joies

                                 Fut jadis extrême de caresses

                                 Et leurs corps suintants d'émois.



                                 Ainsi vont fidèles époux aimants

                                 L'hiver patine le cheveu blond 

                                 En années sur leur toison d'argent

                                 Jusqu'à nourrir leur ride de front.



                                 L'altération a soufflé son haleine

                                 La splendeur soupirée l'anatomie

                                 De larmes essuyant leur peine

                                 A leur passion qui brûle aujourd'hui.



                                 La danse des ans les a fait vieillir

                                 Dans leurs pas envolés du temps

                                 Mais leurs mains sans se désunir

                                 Et leurs doigts croisés infiniment.


                                                                                     M PIERRON


                                 


LE SAULE ET LE ROSEAU





                                      Sur la berge d'un étang dormant

                                      Dans les reflets d'une onde claire

                                      Un saule pleureur, le rachis arquant

                                      Lorgnait sa mine à se complaire.


                                      Le rhizome émergé dans l'eau

                                      La douceur du câlin zéphyr

                                      Charmait un gracieux roseau

                                      Oscillant à l'ordre de ses soupirs.



                                      A ces heures exquises matinales

                                      La silhouette du géant feuillu

                                      Éprouvée de chaleur estivale

                                      Éventait sa tignasse drue.



                                      Frêle de tige stricte d'allure

                                      Du pied à son épi velouté

                                      Sous la somptuosité de ramures

                                      Le roseau captivait l'éclat ombragé.



                                      Le silence déchirait le marécage

                                      En ces lieux ivres de solitude

                                      Les compères liés de voisinage

                                      Fleurissaient leur mine de plénitude.



                                      L'apogée d'aquilon radieux

                                      Exprimait la saison idéale

                                      De soleil et de jours heureux

                                      Prospérant leur fibre végétale.



                                      Pas âmes en berge dépeuplée

                                      Dans le retrait de sol mouvant

                                      Un saule un roseau à son côté 

                                      Et puis de l'eau parfois du vent.


                                                                                   M  PIERRON



Copyright © M. Pierron


LA MER








                               La mer vient caresser le rivage

                               Et ses flots unis d'infinis

                               Bavent l'écume en naufrage

                               Sur la grève de sable en son lit.



                               Napée de bleu ourlée d'argent

                               Vaste désert absolu d'eau

                               La mer salive sous l'effet du vent

                               Une nacre en reflets de cristaux.



                               Tel, un voyage jamais conquis

                                La mer s'avance et se retire

                                Elle laisse dans son repli

                                L'emprunte du flot qui expire.



                                La nymphe ondule l'opalescence

                                Que le remous d'être convulsif

                                Excelle la vague d'effervescence

                                Jusqu'à gifler l'obstacle de récif.



                                L'harmonie de deux univers

                                Semble épouser l'horizon

                                Le ciel échouant à son éther 

                                Sur la mer en son expansion.



                                Les yeux plongés sur son berceau

                                Mon regard chérit à la glorifier

                                Les pieds jusqu'au seuil de l'eau

                                La mer mouillant mes souliers.



                                                                                      M  PIERRON

                              



vendredi 29 mars 2013

LE MANOIR PERDU



                                        Dans le temps passé insolite et austère

                                        Je me souviens un soir brouillé de nuit

                                        Aux reflets farouches d'une lune entière

                                        Entre solitude et forêt assombrie

                                        Le pas flâneur en sentier de terre

                                        Parcourir ces lieux vides de bruits.



                                       Mon désir ne fut-il pas ingénu

                                       Oser l'angoisse épaisse et noire

                                       Pour régaler la curiosité de ma vue

                                       L'idée intruse d'explorer un manoir

                                       D'antan à nos jours demeurés perdu

                                       Habité d'abandon et de nonchaloir.



                                       Le voile avachit de l'obscurité

                                       Exacerbait l'ombre des cieux

                                       Abordant la cible de ma destinée

                                       J'embrassai du bout de mes yeux

                                       La silhouette glauque et désolée

                                       D'un manoir naguère fastueux.



                                       Seigneurie du passé fissurée d'oubli

                                       Aux murs de pierres lézardés du temps

                                       Archaïque, la somptuosité affaiblie

                                       Évoquait à l’écho de mon sentiment

                                       Qu'elle fut jadis dans une autre vie

                                       La bastille noble de ses habitants.



                                       Résignée en ces épais lieux boisés

                                       La léthargie étranglée de silence

                                       Sur la demeure si loin désertée

                                       Injuriée du temps nu de défense

                                       Offrait vétuste l'aspect effacé

                                       D'une âme ruinée sans existence.



                                        Sur l'étendue du feuillu végétal

                                        L'excentricité en pâle profusion

                                        Crachotait l'opacité automnale

                                        D'un pas de retour à la civilisation 

                                        Je quittai l'édifice monumental

                                        Du passé cossu au présent d'abandon.



                                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 




jeudi 28 mars 2013

LE TEMPS






                                Quelquefois bien long le temps va

                                Laissant en regret et non- retour

                                Le passé mort qui s'enfuit déjà

                                Le temps va bien souvent trop court

                                Emportant chaque instant au-delà

                                Le présent qui se gomme en jour.



                                Le temps va de ses heures perdues

                                Si longues mais brèves parfois

                                En rythmes d'intervalles disparus

                                Le temps va littéral à sa loi

                                D'une durée qui n'en finit plus

                                De n' être passé et futur à la fois.



                                Le temps va infini d'espaces

                                De l'obscurité jusqu'à la lumière

                                Où jours et nuits se remplacent

                                Le temps va de minutes régulières

                                Son cycle demeure et s'efface

                                Mais jamais ne revient en arrière.



                                Le temps va infidèle et fuyant

                                Son emprunte telle une nostalgie

                                Confit, le souvenir d'antan

                                Le temps va muet sans bruit

                                Et son silence nous rappelant

                                Que le temps va et nos vies aussi.


                                                                                     M PIERRON




Copyright © M. Pierron 

 

                                

L'AMOUR &TENDRESSE





                                     L'AMOUR est un bouquet de sentiments

                                     Dans un baiser où vient s'épanouir

                                     Un regard idolâtre qui s'éprend

                                     D'un coeur qui s’élève pour unir

                                     La chaleur exquise de corps aimants.



                                     LA TENDRESSE, un geste en douceur

                                     Tel, un désir confié par la pensée

                                     Quand la main use de langueur

                                     D'une intention gracieuse et répétée

                                     Sa délicatesse subjugue le bonheur.



                                     L'AMOUR  par le lien de TENDRESSE

                                     Épouse en harmonie les sens

                                     Quand ses vertus unies progressent

                                     Que l'un fidèle l'autre immense

                                     Les coeurs chérissent et se caressent.



                                                                M PIERRON 



OSMOSE A LA NATURE






                               N'as-tu pas entendu la voix de la nature

                               Dans ses replis vastes les plus intimes

                               Sa rumeur insoluble tel un murmure

                               En souffle soupir en son s'exprime

                               Chaque instant est une vérité pure

                               Un vocabulaire suprême et sublime

                               Un langage originel qui se capture.



                               N'as-tu pas ressenti cette harmonie 

                               Intrinsèque à ses diverses substances

                               L'osmose diffuse qu'elle accomplit

                               Où chaque issue est une bienfaisance

                               Telle, une offrande pour un profit

                               En ordre parfait et d'abondance

                               Conférée pour l'être et son esprit.



                               As-tu observé cette référence naturelle

                               Océan unique de signes et de formes

                               Ou chaque renouveau est un rappel

                               Cohésion de beauté qui se transforme

                               Sur une loi et des raisons universelles

                               Dont la vertu se conjugue à l'homme

                               Jusqu'à devenir vitale et essentielle.



                               As-tu compris la voix qui nous inonde

                               De ses sentiments fissurés d'amour

                               La prophylaxie d'une mère féconde

                               Fertile si ton respect est en retour

                               Du plus haut au plus bas de ce monde

                               Sa richesse est sur les nuits les jours

                               De l'humanité sur la planète ronde.



                                                                                      M  PIERRON


mercredi 27 mars 2013

L' AUTOMNE




                                  Octobre a revêtu son manteau frileux

                                  Sombre de jours aux fins estivales

                                  D'un été ambre, l'éclat lumineux

                                  Se fond à l'ébauche vive automnale

                                  Quand le matin blême et brumeux

                                  Orgueil son voile d'aube de cristal.



                                  Gémissement triste susurré du vent

                                  La forêt dépouillée dans ses ramures

                                  Va sa frondaison brunir en mourant

                                  Et la feuille comme une déchirure

                                  Balbutiée au zéphyr dominant

                                  Se soustrait d'ordre et de nature.



                                  De bocage en tapis frémissant

                                  La verdure sclérosée s'alanguit

                                  D'un végétal, l'embruns blanchissant

                                  A la sagesse naturelle qui l'envahit

                                  Sur l'herbacée fanée au roseau pliant

                                  Son haleine fige la flore endormie.



                                  Il est là conquérant en récidive

                                  Imposteur taché d'or et de carmin

                                  Par guéret sur les berges et les rives

                                  Dénudant l'intimité des chemins

                                  Diffusant froide et successive

                                  Une bruine sur la nature qu'il éteint.



                                  L'aurore rose tel un printemps

                                  Hurlant de froid perdu de fleurs

                                  Divine sous son soleil palissant

                                  Offrant vive ses suprêmes couleurs

                                  A la porte d'un hiver impatient

                                  L'automne s'enivre de ces rumeurs.



                                                                                  M PIERRON




Copyright © M. Pierron 




L'AMOUR





                             L'amour, c'est un baiser en plein coeur

                             C'est un contact enrobé de chaleur

                             Sur deux lèvres embrassées de bonheur

                             Dans un élan infini de douceur.



                             L'amour, c'est un échange permanent

                             C'est un regard fixe qui s'éprend

                             Pour des yeux qui amoureusement

                             Se parlent et s'aiment silencieusement.



                             L'amour, c'est des doigts qui se serrent

                             Se croisent se décroisent se resserrent

                             Entre deux mains qui désirent et espèrent

                             Unies et jointes ne pourront se défaire



                             L'amour, c'est un voyage indéfini

                             Une destination vers l'inconnu

                             Une belle histoire ou un récit

                             Que l'on partage qui ne vous quitte plus.



                              L'amour, c'est une vague de tendresse

                              Dans un océan de désir

                              C'est une pluie de caresses

                              Dans un vent de plaisir.



                    (primé 2 éme concours national France poésie & citations d'amour 2007)                                          

                                                                                       
                                                                                               M PIERRON



                                           

                                    


                                   



                               

mardi 26 mars 2013

SUMMUM DE LA CREATION



                                  Un néant immobile et de silence

                                  Univers vide ténébreux et profond

                                  Soumis à la suprême intelligence

                                  Révélation en éclat d'évolution

                                  D'un monde et son existence

                                  En dimension d'ordre et précision.



                                  Immensité subtile fissurée de lumière

                                  En galaxies aux chariots étoilées

                                  Par cet infini accomplit de matière

                                  Tel, un dessein objectif et ciblé

                                  D'une ingéniosité divine et première

                                  Le paroxysme de la création est né.



                                  Un monde idyllique est vivant

                                  Nul échec jusqu'à la rotation

                                  Des astres à leur épanouissement

                                  L'oeuvre supérieure de la conception

                                  A son acte un corps céleste émergent

                                  Une terre concrétisée à sa perfection.



                                  Éléments parfaits homogènes à la vie

                                  D'un vêtement terrestre de diversité

                                  Règne l'abondance tel un paradis

                                  L'influx divin un souffle d'éternité

                                  Transcendant la source d'énergie

                                  Vitale dans le berceau de l'humanité.



                                  L'excellence absolue à la vie universelle

                                  Un principe immuable et harmonieux

                                  D'une loi cosmique vive et fidèle

                                  A l'incubation de la vie dans les cieux

                                  Confirme que l’équation éternelle

                                  Et pour l'homme par l'amour de Dieu.



                                                                        M  PIERRON 




ODE A LA ROSE







                             Dans le balbutiement timide matinal

                             La reine rose aux prémices de l'aurore

                             Sous l'azur fleure son pourpre pétale

                             Sa corolle ennoblit va s'éclore 

                             Telle, une princesse sur son piédestal

                             La beauté souveraine règne la flore.



                             Dominante fleurie dans les jardins

                             Que la vertu d'une brise passagère

                             Chahute, folâtres ses feuilles satins

                             Batifolent jusqu'à tomber par terre 

                             Et son calice exhale le parfum

                             Subtile fragrance douce et légère.



                             Rose de rouge de jaune ou blanc

                             Déesse de ces lieux verdoyés

                             Sur pieds ou en buissons grimpants

                             Son élégance est une générosité

                             Séductrice son éther embaumant.

                             Use le plaisir d'être respiré.



                             Élue dans cet univers de fleurs

                             La cueillir reste une émotion

                             Impériale son pétale demeure

                             L'excellence bouquet de salon

                             Fidèle aux amants des coeurs

                             Elle a autant nourri les passions.



                                                                              M  PIERRON



Copyright © M. Pierron


                                     

                             



LE CRÉPUSCULE DU SOIR





                                          Le soleil sanguin caresse l'horizon

                                          Dans un ciel éclaboussé rouge et noir

                                          L'obscurité s’élève à l'expansion

                                          Fissurant le jour à l'ombre du soir.



                                          Dans la pénombre du crépuscule

                                          La clarté céleste en évanescence

                                          Feint que la terre se recule

                                          Tirant son voile, noircit de silence.



                                          Le firmament vide sa luminosité

                                          Dans l'étendue d'un néant infini

                                          L'apparition d'une voûte étoilée

                                          Anime l'épais manteau de nuit.



                                          Les cieux engourdis de ténèbres

                                          Jusqu'aux limites de l'éternité

                                          Libérent la suspension funèbre

                                          Au réveil d'une aurore colorée.



                                                                                           M  PIERRON



Copyright © M. Pierron