vendredi 19 juillet 2013

LE MISERABLE




                               Le pas désespéré sur le pavé désert

                               L'âme sèche de ses maux a hurler

                               Il va, torturé dans l'obscure misère

                               Briser sa lyre et ses rêves les écraser.



                               Pauvre qu'il soit démuni de raison

                               La vie lui a supprimé son bonheur

                               Et la rue est devenue sa maison

                               Il souffre, mais jamais il ne pleure.



                               Errant dans l'épaisse vapeur de la nuit

                               L'indifférence remplissant ses mains vides

                               Il marche fidèle à l'ombre qui le suit

                               Incertain du destin la famine étant son guide.



                               Poussé par la détresse dans les bas-fonds

                               Chaque soir lui offre pour s'endormir

                               Un par-dessus usé et quelques cartons

                               Et l'abri d'un porche pour se couvrir. 



                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 


4 commentaires:

marysou a dit…

hélas de plus en plus de pauvreté dans un monde riche:: chercher l erreur:::et personne n est a l abri; très beau texte pour illustrer ce fléau de l an 2013 :bisous

Cathy a dit…

Aucune âme ne peut rester insensible à pareille situation... Et surtout pas une âme poétique comme la tienne, Michel.

Cette paupérisation devient de plus en plus alarmante. Et la vraie misère ne pleure jamais. Tu l'as ici très bien évoqué en ta seconde strophe très émouvante.

Gros bisous,
Cathy.

Anonyme a dit…

De jolis écrits ! bravo

Danielle DROUET a dit…

un poème très émouvant écrit avec des mots d'une finesse a la misère du monde merci pour a toi Antoinette