mardi 23 juillet 2013

LE JOUR D'UNE FEMME




                                   Elle aimait ces matins embrassés de soleil

                                   Quand les lambeaux sombres de la nuit

                                   Évaporaient leur traîne sur l'aube en éveil

                                   Elle flânait le rêve chevauché de nostalgie.



                                   Elle usait le temps sur le reflet du miroir

                                   Le visage écrasé sous un cheveu bien fait

                                   Exclamait du regard le plaisir de se voir

                                   Au renvoi du profil, la psyché excellait.



                                   Elle savait susurrer les mots crier les sons

                                   Et ses lèvres triomphantes de murmures

                                   Faisait d'un refrain l'essentiel de sa chanson

                                   Elle chantait de voix basse en demi-mesure.



                                   Elle appréciait le goût cette douce solitude

                                   Quand le jour essoufflé ravis de vertus

                                   Éclaboussait de désir l'infime habitude

                                   Elle exhibait sa joie mettait son cœur à nu.



                                   Du souffle de l'aurore à l'agonie du jour

                                   Chaque instant, sa vie était une émotion

                                   Dans le vaisseau du temps de chant court

                                   Elle répétait le doux refrain de sa chanson.



                                                                    M PIERRON





3 commentaires:

marysou a dit…

très joli poème :
l émotion devant notre miroir !!!! bonne ou moins bonne celon nos état d âmes::::
bcp d émotions dans une vie chaque jour une nouvelle nos séduit ou nous interpelle: bonne journée: bisous

valerie berger a dit…

belle poesie

Cathy a dit…

Un véritable "tableau d'antan", Cher Michel... Où la femme coquette se mirait pour ajuster sa coiffe et parfaire son maquillage...

Très belle écriture, comme toujours.
Gros bisous,
Cathy.